Avec Draghi parti, Poutine peut agir contre l’Italie

L’auteur est correspondant de Bloomberg à Bruxelles

Dans le feu de la politique italienne, un invité non invité du nord froid est apparu. Alors que faire de Vladimir Poutine ?

Ce n’est un secret pour personne que les relations entre l’Italie et la Russie ont été un peu trop amicales dans un passé récent, déroutant les alliés et portant atteinte à la crédibilité de Rome. Par exemple, Matteo Salvini de la Ligue, qui est apparu une fois sur la Place Rouge portant un T-shirt blanc avec le visage de Poutine dessus, a minimisé l’hostilité du Kremlin dans le passé et a ouvertement flirté avec les partis nationalistes russes.

Nous avons également tout un catalogue de photos de Poutine et Silvio Berlusconi, l’ancien Premier ministre italien et fondateur du parti Forza Italia – vêtus de chemises en lin, étreignant et souriant alors qu’ils discutaient pendant des années sur la côte italienne ou sur la côte de la mer Noire. Les amis ont échangé des compliments pendant des décennies et ont même partagé une vision du monde qui met l’Italie en désaccord avec le reste du G7.

Changement de cours

La classe politique italienne est bizarrement fascinée par la Russie. Mais peu importe qui dirige le gouvernement italien, ce n’est pas le moment d’annuler le virage belliqueux de Mario Draghi envers la Russie.

Pour être juste, Berlusconi n’est pas aussi sympathique à Poutine ces jours-ci qu’il l’était dans le passé. Par exemple, il a dit à ses partisans qu’il était attristé par l’invasion de l’Ukraine. C’est probablement aussi grâce à Draghi, qui durant son mandat de Premier ministre a levé toutes les ambiguïtés laissées par les gouvernements précédents.

Il a éloigné l’Italie des déclarations pro-russes et est devenu l’un des critiques les plus virulents de Poutine au Conseil européen. Il a joué un rôle clé dans la proposition de sanctions contre la banque centrale russe et a défendu le statut de l’Ukraine en tant que pays candidat à l’adhésion à l’Union européenne. La nouvelle approche a été incarnée par son voyage – aux côtés du président français Emmanuel Macron et du chancelier allemand Olaf Scholz – à Kyiv, où ils ont réaffirmé leur soutien commun à la souveraineté de l’Ukraine. C’est une image qui restera dans l’histoire italienne.

Certains Italiens disent que la position de Draghi a accéléré sa disgrâce en augmentant les tensions au sein de la coalition. Mais Draghi n’a pas regretté le changement de cap vers la Russie et a réitéré que c’était la bonne et honorable étape. Son successeur devrait poursuivre dans cette voie.

Nous ne savons pas pour elle

Cet article est un contenu exclusif pour les abonnés Denník N.

Êtes-vous abonné?

Gaspard Pettigrew

"Lecteur. Fanatique de la cuisine professionnelle. Écrivain. Gourou d'Internet. Amateur de bière d'une humilité exaspérante. Fan de café sans vergogne."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.