Certains États ne sont pas d’accord avec la révision des traités

Strasbourg, 13 mai (TASR) – Une cérémonie s’est tenue lundi au Parlement européen à Strasbourg, clôturant la Conférence d’un an sur l’avenir de l’Europe (CoFoE). Cet événement domine également le résumé hebdomadaire de l’événement CoFoE apporté par TASR.

La présidente de la Commission européenne (CE), Ursula von der Leyen, et le président français, Emmanuel Macron, se sont prononcés lors de la cérémonie en faveur de la révision des traités fondamentaux sur le fonctionnement de l’UE. Dans le même temps, Leyen souhaite que l’UE décide des questions sensibles à la majorité qualifiée. Selon von der Leyen, la direction de l’UE peut être modifiée de la manière la plus directe dans le cadre des traités existants. En même temps, cependant, elle a reconnu « Si nécessaire » la possibilité de modifier ces accords de base.

Cependant, dix États membres – la Bulgarie, la République tchèque, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, la Lituanie, la Lettonie, Malte, la Slovénie et la Suède – ont critiqué l’UE pour d’éventuelles révisions des traités fondateurs de l’UE. De tels changements peuvent nécessiter un référendum dans certains États membres. Les pays ont rappelé que la modification des traités de l’UE n’était pas l’objet de la conférence. Les exigences du CoFoE incluent, par exemple, la suppression de l’exigence d’unanimité pour les États membres de l’UE lors du vote sur des domaines sensibles tels que la fiscalité, la sécurité sociale, la politique étrangère et l’admission de nouveaux membres. Une autre proposition du CoFoE consiste à habiliter le PE à soumettre lui-même des propositions législatives à la place de la Commission européenne et du Conseil européen. La conférence appelle également l’UE à assumer une plus grande responsabilité dans les domaines qui relèvent exclusivement de la compétence des États membres, comme la défense ou la santé.

Les citoyens de l’Union européenne veulent que l’UE devienne plus juste, fasse preuve de plus de solidarité, lutte contre le changement climatique et prenne des décisions plus agiles – même si cela viole le principe d’unité dans certains domaines. Cela découle du rapport final de lundi de la conférence sur l’avenir de l’Europe. A travers cette conférence, depuis le mois de mai de l’année dernière, les citoyens ont eu l’opportunité de commenter le fonctionnement de l’Union et de proposer des changements. La plénière du CoFoE a finalement adopté 49 propositions couvrant plus de 300 mesures pour les atteindre dans neuf grands domaines thématiques. Ces propositions seront traitées par le Parlement européen, les gouvernements des États membres et la Commission européenne.

Le Parlement européen (PE) se battra pour une Europe plus forte et pour tout ce que l’Europe représente. Le président du Parlement européen, Roberts Metsolo, l’a déclaré lundi au PE à Strasbourg lors de la cérémonie de clôture de la conférence sur l’avenir de l’Europe.

« Cela signifie la liberté, la démocratie, l’État de droit, la solidarité, des opportunités équilibrées », a poursuivi le président du PE. « L’Europe n’a jamais eu peur. Il est temps d’intensifier ses efforts et de ne pas baisser les bras », déclaré. Selon Metsol, l’Europe se trouve une fois de plus à un moment crucial dans le domaine de l’intégration européenne. « Nous devrions prendre tous les processus dont nous avons besoin pour y arriver. » elle a ajouté.

L’une des composantes du CoFoE, qui a débuté en mai dernier, était quatre panels civiques. Ceux-ci ont donné aux citoyens des États membres l’occasion de s’exprimer sur l’avenir de l’UE et son orientation.

La Conférence sur l’avenir de l’Europe a apporté 49 propositions et 300 mesures couvrant tous les domaines de la vie européenne. C’est ce qu’a déclaré le ministère slovaque des Affaires étrangères et européennes à l’occasion de la Journée de l’Europe et du CoFoE final. Elle a rappelé que le CoFoE était un projet paneuropéen de consultation citoyenne lancé il y a un an. Les propositions et mesures concernent l’économie, les questions sociales, l’environnement et le changement climatique, l’éducation, la santé, la transformation numérique, la démocratie, les valeurs et la sécurité, ainsi que la migration et le rôle de l’UE dans le monde, a indiqué le ministère. A l’occasion de la Journée de l’Europe, le ministre des Affaires étrangères Ivan Korčok a souligné que l’Union européenne est la meilleure garantie de paix, de stabilité et de prospérité pour la Slovaquie. L’UE est considérée comme une communauté de pays fondée sur les valeurs de l’État de droit, de la démocratie et de la liberté. Selon lui, la République slovaque en fait partie intégrante.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.