Des voitures pleines de glace et de canettes et des règles modifiées. Le Tour de France a connu un autre enfer

Avant la 15e étape, les organisateurs du Tour de France ont allumé un feu rouge. La canicule qui déferle sur l’Europe n’a pas manqué non plus à la France, et des températures de quarante degrés attendaient les coureurs.

Avant l’étape de 205 kilomètres de Rodez à Carcassonne, les organisateurs ont rencontré l’association des coureurs CPA (Cyclistes Professionnels Associés), les directeurs sportifs et les juges UCI pour discuter des conditions de départ. Le cyclisme professionnel respecte le protocole pour les conditions météorologiques extrêmes. Finalement, ils ont décidé de commencer, mais avec des modifications :

  • ravitaillement en eau et nourriture possible dès le départ jusqu’à 10 kilomètres avant l’arrivée,
  • les coureurs pouvaient lancer les bouteilles d’eau pendant toute l’étape, mais ils devaient faire attention à la sécurité,
  • la limite de temps a été étendue à 20% du temps d’étape, qui a fini par être de 55 minutes.

Les coureurs ont commencé dans une chaleur de 38 degrés, ce qui s’est reflété dans l’étape la plus ennuyeuse jusqu’à présent. L’équipe et les véhicules neutres étaient remplis de bidons d’eau, de glace et étaient constamment à proximité des coureurs. Un drôle de moment a été fourni par le Letton Toms Skujiņš, qui lors d’une prise d’eau a fourré une dizaine de bouteilles d’eau sous son maillot, qu’il a ensuite distribuées à ses collègues.

Les coureurs ont perdu leur vigilance, entraînant plusieurs accidents. Dans l’un d’eux a fini par terre l’actuel pilote jaune Jonas Vingegaard et son collègue Steven Kruijswijk, qui probablement cassé clavicule et une ambulance l’a sorti de l’asphalte.

Même en considérant que Primož Roglič s’est retiré en raison de problèmes de santé avant l’étape, cela pourrait blesser Vingegaard dans les Pyrénées. L’Américain Sepp Kuss est resté le seul assistant convenable pour les étapes de montagne.

Juste avant la chute des coureurs Jumbo-Visma, les organisateurs devaient

Cet article est un contenu exclusif pour les abonnés Denník N.

Êtes-vous abonné?

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.