Doctor Strange 2 et quatre autres films arrivent au cinéma – Little Mom, Eternal Jože ou Love Transmits the Mountain

05/05/2022|Ivet Kollárová|

Docteur Strange dans une multitude de folies (Doctor Strange dans le multivers de Madnes).


Dans le nouveau MCU, il déverrouille le multivers et repousse ses limites plus loin que jamais. Embarquez pour un voyage dans l’inconnu avec le docteur Strange, qui, avec l’aide d’alliés mystiques anciens et nouveaux, traverse les esprits et les réalités alternatives dangereuses du multivers pour affronter un nouvel adversaire mystérieux.


En juillet 1963, Doctor Strange est apparu pour la première fois dans la bande dessinée Marvel « Strange Tales », numéro 110, de l’artiste Steve Ditka et de l’écrivain Stan Lee. Il a fallu 53 ans au maître des arts mystiques pour recevoir un accueil de super-héros dans le Marvel Cinematic Universe (MCU) dans le film de 2016, intitulé à juste titre « Doctor Strange ». Vient maintenant « Doctor Strange dans une multitude de folies », qui déplace le genre fantastique vers un endroit plus sombre. Au tout début du voyage du Dr Stephen Strange vers l’art mystique, The Ancient One lui a dit: « Si je te disais tout, tu t’enfuirais avec un cri d’horreur. » À l’époque, personne n’aurait pu imaginer à quel point ses propos étaient prophétiques, car cinq ans plus tard, Sam Raimi, maître de la terreur et magicien de la tension, prend les commandes du second volet de « Doctor Strange ». Les films sur les super-héros ne sont pas étrangers à Raimim. En 1990, il réalise et produit le film « Darkman » et la trilogie originale « Spider-Man ». Alors qu’est-ce qui le ramène au genre super-héros après presque 15 ans ?


« Quand Kevin Feige a annoncé qu’il voulait apporter un peu d’horreur au docteur Strand, c’était intéressant pour moi », explique Raimi. « L’horreur et le suspense ont toujours été des aspects amusants pour moi. L’une des raisons pour lesquelles Doctor Strange m’a fasciné en tant que personnage est qu’il est un magicien. En grandissant, j’ai travaillé comme magicien lors de fêtes d’enfants et de mariages. J’aimais vraiment créer des illusions. Le super-héros, qui est un illusionniste et un magicien, m’intéresse beaucoup. » Les rôles principaux seront joués par Benedict Cumberbatch Chiwetel Ejiofor, Elizabeth Olsen, Benedict Wong, Xochitl Gomez, Sheila Atim, Adam Hugill, Michael Stuhlbarg, Rachel McAdams et bien d’autres ……




Le premier des deux films slovaques-tchèques de début mai est une comédie du réalisateur Jakub Machala, L’amour que porte la montagne. Le jour du mariage d’Alex tombe sous ses yeux. Sa mère névrosée la contrôle à chaque pas, son beau-père paranoïaque découvre un crime mystérieux et son père biologique, le propriétaire bohème de l’hôtel Tatra où se déroule le mariage, est responsable du marié disparu. Le chaos de l’hôtel de montagne est utilisé par un gentil moniteur de ski qui, avec l’aide de la cliente de l’hôtel Klára, se lance dans une préparation aventureuse pour le plus beau rendez-vous. Dans les rôles principaux Natalia Germani, Anna Fialová, Noel Czuczor, Vanda Chaloupková, Marek Lambora, Petra Nesvačilová, Lenka Krobotová, Csongor Kassai, Richard Stanke, Lukáš Príkazký ou Matej Struhár.




Le deuxième film slovaque-tchèque est un documentaire réalisé par Jan Gogol Jr. intitulé Eternal Jože ou comment j’ai rencontré la star. Un portrait situationnel non traditionnel raconte l’univers personnel compliqué de Jože Ráž – le leader du groupe de pop-rock « tchécoslovaque » historiquement le plus populaire Elán. C’est une rencontre cinématographique avec un chrétien bouddhiste qui croit au communisme. Le portrait a été créé pendant dix ans et est filmé dans des lieux inattendus et dans des situations ouvertes qui rendent visible la constellation de la vie de Ráž : cacao et whisky, musique et famille, dictature et méditation, moment et éternité, Dieu et néant ou bien et mal dans la forme de Smolka et Gargamela. Le réalisateur du film Jan Gogola Jr. explique : « Je l’aborde comme une personnalité qui s’est adressée à plusieurs générations tchèques et slovaques au sein d’Elán et a la capacité de s’unir à son travail, mais qui divise également la société avec ses discours publics et en repousse une partie. avec ses discours publics. » et son point de vue a l’ambition de découvrir la métaphysique civile de Ráž, sa « capacité naturelle à vivre dans l’espace avec Dieu ».




Pour la première semaine de mai, les distributeurs ont préparé un conte familial animé pour enfants dans une coproduction canado-française intitulée Coeur de feu par Théodore Ty et Laurent Zeitoun. Dès son plus jeune âge, Georgia avait un rêve – devenir pompier comme son père. Malheureusement, à New York en 1920, les femmes n’étaient pas autorisées à exercer la profession. Alors que les pompiers de la ville commencent à disparaître un par un lors des mystérieux incendies qui ont détruit les théâtres de Broadway, Georgia réalise que c’est sa chance. Il se déguise en garçon, met sa moustache et, sous le nom de Joe, rejoint un groupe de pompiers volontaires dont la tâche est d’arrêter un mystérieux incendiaire. Cependant, Georgia ne peut en aucun cas révéler sa véritable identité, car cela pourrait compromettre toute cette mission dangereuse, qui est également commandée par son père. Le film est projeté avec un doublage slovaque, dans lequel on entendra Grétka Čisárová, Zuzana Porubjáková, Martin Kaprálik, Dušan Szabó, Michaela Šáleková et Lucia Hurajová.




Et on terminera la première semaine de mai avec un film club de la réalisatrice française Céline Sciamma, qui a tourné un drame minimaliste et sensible Petite Maman. Nelly a huit ans et vient de perdre sa grand-mère. Elle se rend avec ses parents dans la maison où sa mère a grandi. Et pendant que ses parents font le tri dans le domaine, la petite Nelly est heureuse d’explorer la maison et ses environs mystérieux, ainsi que la forêt où sa mère jouait enfant et où elle a construit une maison. Un matin, le chagrin de la mort de sa grand-mère oblige sa mère à partir sans lui dire au revoir. C’est alors que Nelly rencontre une petite fille dans les bois. Il y construit une maison, elle a l’âge de Nelly et s’appelle Marion.


Le film Little Mom est une nouveauté du réalisateur du film Portrait of a Woman on Fire. Cependant, son histoire ne se déroule pas au 18ème siècle, mais aujourd’hui et ses héroïnes sont deux fillettes de 8 ans. « Que vous ayez six ou soixante ans, ce poème cinématographique pénétrera votre cœur, élargira votre esprit et ravira votre âme, même si vous essuyez vos larmes », a écrit un critique du quotidien britannique The Guardian. Avec Joséphine Sanz, Gabrielle Sanz, Nina Meurisse, Stéphane Varupenne, Margot Abascal, Florès Cardo, Josée Schuller et Guylène Péan.



Photo © CinemArt / ContinentalFilm / ASFK / ForumFilm / Filmtopia

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.