E. Macron voit un avenir énergétique au cœur, les candidats adverses ne sont pas d’accord

Paris, 7 avril (TASR) – Le nouveau président français Emmanuel Macron est un fervent partisan de l’énergie nucléaire. Les investissements dans ce secteur ont une place dans son programme, en outre, début février a annoncé la construction de six autres réacteurs. Matěj Hrubý, un expert en énergie de l’Université Masaryk de Brno, considère que c’est une bonne idée.

« Bien que la France exploite actuellement 56 réacteurs, la plupart d’entre eux ont été mis en service dans les années 1980. Avec une durée de vie prévue de 60 ans, nous atteignons ainsi la période autour de 2040, où les unités nouvellement prévues pourraient remplacer celles qui sont obsolètes. En outre, la France devrait être à l’avenir le premier exportateur d’électricité de l’UE. L’excédent est donc important pour l’UE dans son ensemble« , a déclaré Rough pour TASR.

Macron veut « reprendre le contrôle du destin énergétique de la France », a-t-il déclaré à Belfort, annonçant des projets de construction de réacteurs. Sa principale adversaire, Marine Le Pen, est d’accord avec lui. Selon son programme, elle veut « assurer l’indépendance énergétique et ainsi réduire les factures françaises », privilégiant les investissements dans le nucléaire et l’hydroélectricité.

Des affirmations grossières selon lesquelles investir dans le nucléaire peut coûter cher aux Français. « Flamanville 3 est un exemple clair des problèmes liés à la construction d’un nouveau cœur. Le projet devait être mis en service en 2012 pour un coût estimé à 3,3 milliards d’euros. La centrale électrique n’est toujours pas en fonctionnement et les coûts ont déjà dépassé les 13 milliards,« , a-t-il rappelé.

Dans le même temps, cependant, il souligne que le mix énergétique français est parmi les plus propres en émissions parmi les pays de l’UE. « Pour vous donner une idée, en 2020, 51 kg d’émissions de gaz à effet de serre ont été produites en France pour produire 1 MWh d’électricité. En Slovaquie, il était de 100 kg et la moyenne de l’UE est de 230 kg. De manière générale, je pense que l’énergie nucléaire sera nécessaire pour une transformation verte réussie« , a déclaré l’analyste.

Tous les candidats à la présidence ne soutiennent pas l’énergie nucléaire. Jean-Luc Mélenchon, qui occupe actuellement la troisième place dans les sondages, souhaite arrêter au plus vite les énergies fossiles et le nucléaire et passer au 100% renouvelable. L’eurodéputé vert Yannick Jadot est également contre le nucléaire, avec la maire de Paris Anne Hidalgo.

Nicolas Nace de Greenpeace France s’est également opposé à la décision de Macron de construire plus de réacteurs. « Décision unilatérale, manque de financement, le tout basé sur une technologie incertaine – tel est le résumé de cette communication irresponsable« , a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le premier tour de l’élection présidentielle française aura lieu le dimanche 10 avril et le second tour est prévu le 24 avril.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.