École de conduite obligatoire pour les scooters électriques : l’innovation italienne deviendra-t-elle également un modèle pour la Slovaquie ?

  • Les utilisateurs de trottinettes électriques sont autant d’usagers de la route que d’automobilistes, mais avec des différences importantes.
  • Cela se traduit par des droits et des obligations, y compris un stationnement et une conduite responsables.
  • Dans deux villes italiennes, ils ont décidé de traiter les conducteurs de scooter irresponsables avec une école de conduite obligatoire pour les contrevenants.
  • Comment les opérateurs de trottinettes électriques de notre pays contribuent-ils à leur utilisation responsable ?

Les cyclistes devraient-ils suivre un cours dans une auto-école puisqu’ils partagent les routes et le code de la route avec les automobilistes ? C’est une question éternelle, mais elle n’a jamais fait l’objet d’un débat public sérieux.

Peut-être que tout le monde est d’accord avec l’affirmation selon laquelle toute personne qui fait du vélo sur des routes destinées aux véhicules à moteur devrait maîtriser les mêmes règles de circulation que tout autre conducteur – il s’agit de comprendre le droit de passage, la signalisation lumineuse, les instructions du policier, tourner, éviter ou contourner les obstacles . En savoir plus sur le sujet dans notre article La règle de la main droite s’applique-t-elle également aux cyclistes ? Un permis de conduire pour vélo existait autrefois sur notre territoire, comme vous pouvez le voir sur la photo suivante :

Il n’y a pas que les cyclistes qui aujourd’hui n’ont pas besoin de permis de conduire et peuvent emprunter les routes désignées pour les véhicules à moteur. Les utilisateurs de scooters électriques ont également cette possibilité et souvent l’obligation (contrairement à ceux qui ont des scooters sans propulsion électrique). Nous avons écrit plusieurs fois sur les règles de conduite d’un scooter électrique et ordinaire, le plus récemment dans un article détaillé Rappelons les règles pour les trottinettes électriques et classiques.

École de conduite obligatoire pour les scooters électriques en Italie

Le boom des trottinettes électriques partagées ne concerne pas seulement les villes slovaques, mais aussi étrangères. Cette tendance encore relativement nouvelle entraîne également des problèmes qui sont principalement pointés du doigt par les détracteurs de ce mode de micromobilité, et bien qu’il s’agisse de déclarations souvent cyniques sans valeur constructive, les législateurs doivent également réagir à de nombreux aspects du développement de ce mode de mobilité.

La conduite d’une trottinette électrique n’est pas tout à fait comparable à la conduite d’une trottinette ordinaire, puisque son utilisateur n’est plus considéré comme un piéton et, selon le code de la route, doit emprunter une piste cyclable ou le bord ou l’accotement de la route pour les véhicules motorisés.

Un motif courant de critique des scooters électriques est l’irresponsabilité de leurs utilisateurs, en particulier le stationnement intempestif et la conduite imprudente sur le trottoir qui restreint ou met en danger les piétons. La même chose était imputée aux cyclistes dans le passé, mais maintenant ils ont cessé d’être un objet d’intérêt.

Dans les villes italiennes de Rome et de Milan, entre autres fournisseurs, des scooters de la société Dott peuvent être loués. Une entreprise inconnue ici loue également ses scooters à Turin, Vérone et dans d’autres villes italiennes, ainsi qu’en Sicile, en France, en Hollande, en Allemagne et aussi dans trois villes polonaises. Il est donc fort possible que les Slovaques les rencontrent également pendant la période des fêtes.


La société Dott a maintenant décidé de franchir une étape majeure après l’expérience défavorable avec les utilisateurs de ses scooters. Il obligera les récidivistes à suivre un « cours d’auto-école gratuit pour scooters électriques », qu’il organisera en interne à Rome et à Milan. Les utilisateurs seront condamnés à une amende pour avoir conduit en dehors de la zone autorisée ou avoir enfreint les règles de circulation.

Mais le problème est que le cours n’est pas une obligation légale. « Nous recherchons des moyens d’inciter au mieux les utilisateurs à participer, tels que des crédits Dott ou des trajets gratuits,Rob Haycocks de Dott a déclaré au magazine Le prochain Web.

Les opérateurs tentent

Au cours des cinq dernières années, plusieurs opérateurs de partage de scooters ont introduit des technologies pour limiter et pénaliser la mauvaise conduite.

Par exemple, Voi a lancé RideLikeVoila, une école de circulation numérique pour les scooters électriques, et a rendu obligatoire la prise de photo du scooter après l’avoir garé. Une telle obligation est également une pratique courante en Slovaquie, et à Bratislava, par exemple, les opérateurs se sont mis d’accord avec la ville sur des emplacements spécifiques où il est possible de garer leurs scooters. Cependant, ces règles ne s’appliquent pas aux propriétaires privés.

Neuron Mobility a une Scootsafe Academy, Superpedestrian et Lime utilisent l’intelligence artificielle pour détecter la conduite sur le trottoir et d’autres mauvais comportements, avertir acoustiquement les conducteurs et ralentir le scooter électrique grâce à une intervention logicielle. Lime introduit également test de nuit pour détecter l’alcool chez l’utilisateur. Il teste les temps de réaction des conducteurs avant qu’ils ne puissent déverrouiller le scooter électrique. Ce n’est pas une solution parfaite, mais cela peut aider à réduire le nombre d’accidents.

Capture d'écran de l'application Bolt montrant la localisation des trottinettes électriques dans la capitale

Capture d’écran de l’application Bolt montrant la localisation des trottinettes électriques dans la capitale

Qu’en est-il des opérateurs slovaques de scooters partagés ?

En Slovaquie, il a Entreprise de boulons sur le site Web fixent très clairement les règles d’utilisation des scooters, pour plus de simplicité, il a également créé un manuel PDF appelé Bolt Scooter School.

Samuel Kmec, responsable des opérations pour les scooters Bolt en Slovaquie, a déclaré à Autoviny.sk que l’entreprise prend également d’autres mesures. « En ce qui concerne le respect des règles, respectivement leur violation, nous pouvons agir sur la base de plaintes concernant des scooters spécifiques, que nous pouvons ensuite associer à des utilisateurs individuels. Par exemple, n’importe qui peut facilement nous signaler l’obstruction des scooters et d’autres comportements inappropriés du conducteur via le formulaire sur notre site Web, également accessible via le code QR situé sur le côté du scooter.« , dit Kmec. « Si nous recevons plusieurs plaintes concernant un utilisateur spécifique, nous pouvons bloquer son compte utilisateur. Notre service client surveille les suggestions du public, ainsi que les photos des scooters eux-mêmes, que les utilisateurs doivent prendre avant de terminer leur trajet, et en cas de stationnement imprudent, nous avertissons les utilisateurs. Dans le pire des cas, si la situation donnée devait se répéter, nous leur infligerions une amende ou bloquerions leur compte de façon permanente« , affirme Kmec de Bolt, ajoutant que l’entreprise rappelle activement aux utilisateurs les bonnes règles de stationnement : « (…) ils font partie du processus de déverrouillage du scooter, sans les lire, la machine ne bougera pas.« 

Trottinettes électriques

Opérateur TIER à son tour, il investit dans la sécurité du fonctionnement du scooter en ajoutant des casques pliables aux nouveaux modèles de scooters et en formant les nouveaux utilisateurs avec des conseils et des recommandations sur l’écran du smartphone, qui ne peuvent être ignorés sans lecture.

« (…) nous travaillons constamment sur des innovations qui nous aideront à accroître notre contrôle de la conformité. Le dernier est le module IoT « Parrot », que nous avons lancé à Londres en juillet. Il a le potentiel de détecter l’alcool au volant ou la conduite sur la chaussée car il réagit plus rapidement aux données des capteurs embarqués, tout en analysant les entrées de plusieurs capteurs simultanémentBoris Ivan, TIER City Manager pour la Slovaquie, a déclaré à Autoviny.sk.

Comment procède-t-il en cas de détection d’infractions ponctuelles ou répétées par les utilisateurs ? « Cela dépend de l’infraction spécifique« , explique un représentant de la société TIER. « Les utilisateurs qui se garent incorrectement pour la première fois sont avertis. Ceux qui se garent de manière incorrecte à plusieurs reprises se voient interdire l’accès au système pendant un certain temps, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas utiliser nos e-scooters. En cas de confirmation d’infractions graves – telles que la conduite sous l’influence de l’alcool ou la conduite en tandem, nous bloquons immédiatement les utilisateurs, car ce comportement est très dangereux. De plus, la police sanctionne également ces infractions par des amendes.”

Nous nous sommes également demandé si TIER infligeait des amendes à ses utilisateurs pour conduite irresponsable. « (…) nous appliquons actuellement des restrictions et des interdictions d’utilisation de nos services en cas de violations répétées des règles. En général, les amendes sont une mesure importante pour sanctionner les comportements répréhensibles, avoir un effet éducatif et encourager les conducteurs à utiliser correctement les scooters électriques et à les garer conformément aux règles. Cependant, les amendes seules ne suffisent pas. Ils doivent être accompagnés d’autres mesures – contrôles de police locaux et éducation, qui amélioreront la sensibilisation des utilisateurs aux règles.”

Pour pouvoir louer Trottinettes électriques Blinkee, vous devez prendre une photo de vos documents et de votre permis de conduire lors de l’inscription, ce qui prouve votre capacité à conduire un tel véhicule. L’utilisateur lui-même est responsable des infractions au code de la route pendant le fonctionnement.

Les propriétaires privés sont aussi un problème

Bien que les opérateurs de micromobilité s’efforcent d’améliorer la sensibilisation à l’utilisation sûre des scooters, ils ne sont pas à la hauteur des propriétaires privés. Leur excès de vitesse, la mise en danger des piétons ou la violation des règles de circulation doivent être contrôlés par la police. Selon la façon dont il présente le sujet, par exemple sur le réseau social Facebook, il le fait aujourd’hui activement et rappelle souvent que même un scooter électrique est un véhicule dont l’utilisateur a à la fois des droits et des obligations.

Chaque nouvel utilisateur d’un scooter électrique, ainsi qu’un scooter ordinaire sans moteur, doit clarifier les règles de la route avant le premier trajet et savoir où il peut le garer. Cela évitera non seulement des conflits avec les piétons et éventuellement la police, mais également un accident de la circulation dont la conséquence peut être des blessures voire la mort. Que ce n’est pas quelque chose d’unique, nous nous sommes convaincus à plusieurs reprises en Slovaquie ces dernières années. Rappelons les règles pour les trottinettes électriques et classiques.

Léopold Moulin

"Analyste de longue date. Passionné de cuisine subtilement charmant. Introverti. Accro aux médias sociaux. Lecteur. Pionnier général de la télévision. Étudiant. Future idole des adolescents."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.