En anglais, tu viendras. Quel est le rapport des Français à l’Europe ?

La France comme leader politique de l’Europe, son moteur économique et le principal visage du dialogue avec les autres puissances mondiales ? Peut-être dans l’imaginaire de l’Elysée ou des officiels bruxellois. Cependant, un Français ordinaire ne peut pas être considéré comme un grand partisan de l’Union européenne.

C’est également ce qu’indique un sondage de l’agence britannique YouGov de la mi-février de cette année – si un référendum avait lieu sur l’avenir de la France dans l’UE, moins de la moitié des électeurs voteraient pour lui. Le sentiment concernant l’adhésion de Paris à l’Alliance nord-atlantique est encore moins favorable.

L’explication est claire : les Français ne sont pas très intéressés par ce qui se passe en Europe. Ceci malgré le fait que c’est le président français qui, avec la Chancellerie fédérale allemande, est le principal tandem dirigeant qui incarne de manière décisive la forme de la politique étrangère européenne.

Le monde en a été convaincu lors du second tour de l’élection présidentielle de dimanche, au cours duquel le chef par intérim de l’Elysée, Emmanuel Macron, a confirmé le rôle de favori. Dans son programme électoral, comme dans celui de sa rivale Marine Le Pen, les sujets liés à l’Union étaient minimes. Et si oui, dans le cas de Le Pen aux connotations souverainement négatives.

Dans les questions et réponses suivantes, découvrez comment les Français tentent de retrouver leur influence perdue, quelles régions les intéressent plus que l’Europe et pourquoi les territoires d’outre-mer ont préféré Le Pen à Macron.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.