HNonline.sk – hnonline.sk – L’Australie obtiendra des sous-marins nucléaires grâce au pacte avec les États-Unis et la Grande-Bretagne. La Chine et la France sont furieuses

Selon une déclaration commune des trois pays, l’alliance Aukus vise à « protéger nos intérêts communs dans l’Indo-Pacifique ».

Les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie ont annoncé mercredi un nouveau pacte de sécurité qui leur permettra de partager des technologies de pointe, notamment celles nécessaires à la construction de sous-marins à propulsion nucléaire.

L’alliance vise à renforcer la sécurité dans l’Indo-Pacifique. La Chine et la France critiquent cette décision.

Selon les médias australiens, le pacte de défense pourrait conduire au retrait australien de l’accord sur la production de sous-marins français.

Contrat historique

En 2019, après deux ans de retard, l’Australie a signé un contrat avec la société française Naval Group pour produire 12 sous-marins pour 50 milliards de dollars australiens (plus de 30,9 milliards d’euros).

Le traité était le plus grand contrat de défense de l’histoire de l’Australie. Cependant, la construction de sous-marins a été retardée principalement en raison de l’exigence de Canberry que de nombreuses pièces soient fabriquées localement.

Le président américain Joe Biden, le Premier ministre britannique Boris Johnson et le Premier ministre australien Scott Morrison ont publié mercredi une déclaration commune pour lancer un nouveau partenariat de sécurité.

« En tant que première initiative sous Aukus, nous nous sommes engagés dans une ambition commune pour soutenir l’Australie dans l’acquisition de sous-marins nucléaires pour la Royal Australian Navy », indiqué dans la déclaration.

« Cette capacité soutiendra la stabilité dans l’Indo-Pacifique et sera déployée pour promouvoir nos valeurs et intérêts communs », déclaré.

Dans le même temps, les dirigeants ont déclaré que l’objectif était « mettre en service les capacités australiennes dès que possible » et ils ont ajouté que « L’Australie reste déterminée à remplir toutes ses obligations en tant qu’État exempt d’armes nucléaires. » Selon Reuters, Biden a déclaré que les sous-marins équipés d’armes nucléaires étaient hors de question.

Le pacte, a-t-il dit, abordera également la cybersécurité, l’intelligence artificielle etcapacités sous-marines supplémentaires ».

L’Australie rejoindra d’autres pays qui possèdent des sous-marins nucléaires. Le club d’élite a jusqu’à présent inclus la Grande-Bretagne, les États-Unis, la France, la Chine, l’Inde et la Russie.

« Poussé » par les Français, Pékin parle de préjugés

« La décision de l’Amérique d’éloigner un allié et partenaire européen comme la France du partenariat structurel avec l’Australie à un moment où nous sommes confrontés à des défis sans précédent dans la région indo-pacifique montre un manque de cohésion que la France ne peut que reconnaître et regretter. » dans une déclaration conjointe, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et la ministre de la Défense Florence Parly ont déclaré.

Dans le même temps, la déclaration française indique que la décision de l’Australie de se retirer de l’accord va à l’encontre de l’esprit de coopération mutuelle.

Il a ajouté que cette décision ne ferait que renforcer le besoin de l’Europe de parvenir à une autonomie stratégique. « Il n’y a pas d’autre moyen fiable de défendre nos intérêts et nos valeurs dans le monde, y compris dans la région indo-pacifique. » se tient dans l’énoncé.

L’ambassade de Chine à Washington a condamné cette décision. La porte-parole de l’ambassade, Liu Pengyu, a répondu à une demande de commentaire en disant que les États « Ils ne doivent pas construire exclusivement des blocs contre ou nuire aux intérêts de tiers. Surtout, ils doivent se débarrasser de leur mentalité de guerre froide et de leurs préjugés idéologiques. »

Napoleon Favre

"Lecteur. Voyageur évangéliste. Internetaholic indépendant. Fier spécialiste du Web. Passionné de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.