HNonline.sk – hnonline.sk – Les préférences du candidat de gauche Mélenchon avant les élections en France augmentent, celles de Macron stagnent

La célèbre politicienne d’extrême droite Marine Le Pen a également une chance de tenir tête à Macron au second tour.

Il reste 20 jours avant le premier tour de l’élection présidentielle française. La campagne est affectée par la guerre en Ukraine, la mort d’un terroriste corse poignardé en prison et les craintes d’une hausse des prix des denrées alimentaires et du carburant.

Les préférences de l’actuel chef de l’État, Emmanuel Macron, stagnent depuis deux semaines autour de 30 %, la candidate de gauche et d’extrême droite Marine Marine Le Pen voyant un soutien en hausse. C’est ce qu’indique une enquête d’Elabe pour BFM TV.

Macron a vu une forte augmentation des préférences il y a deux semaines, et les gens ont loué son rôle dans les négociations diplomatiques après l’invasion russe de l’Ukraine. Il a marqué environ huit points de pourcentage en deux semaines, mais en a perdu une partie plus tard. L’enquête Elabe d’aujourd’hui lui donne 27,5%, l’enquête Ifop-Fiducial de lundi lui donne 28%.

Une chance pour Le Pen

Selon Elabe, la politicienne d’extrême droite Le Pen a une chance de remporter 20% des voix au premier tour, elle finirait deuxième et, avec Macron, elle passerait au second tour. Pourtant, selon les sondages actuels, Macron la battrait dedans.

Selon l’AFP, la croissance de ses préférences est due à son expérience, dont elle peut faire bon usage, et aussi au radicalisme excessif d’un autre candidat d’extrême droite, Érik Zemmour. Le Pen n’a apparemment pas fait beaucoup de mal à sa nièce, Marion Maréchal, au camp de Zemmour.

Le Pen est candidat à la présidence française pour la troisième fois. Dans la campagne de cette année, dans laquelle Macron est quasiment invisible selon les médias, il participe à de nombreux débats et meetings. Elle assume le rôle d’une femme d’État et agit avec une rhétorique qui correspond plus à la défense du mandat qu’à la candidature du représentant de l’opposition.

Chef de file de l’extrême gauche, La France déchaînée, Mélenchon était l’un des moins candidats en début de campagne, ne récoltant qu’un pour cent des suffrages. Ces derniers jours, cependant, il est le premier choix de plus en plus de répondants, et l’enquête Elabe lui donne 15 %, ce qui le place à la troisième place.

Gel des prix et des carburants

Mélenchon s’est également présenté aux dernières élections de 2017, où il a remporté 19 % des voix. Ses électeurs sont fidèles, 57% de ceux qui ont voté pour lui il y a cinq ans voteraient pour lui cette année, a déclaré BFM TV.

Le politicien de gauche, qui s’est présenté à la présidence en 2012, est un critique fréquent et virulent des actions du gouvernement français dans la lutte contre le coronavirus. Cette année, la campagne propose d’abaisser l’âge de la retraite, d’augmenter le salaire minimum et de geler les prix des denrées alimentaires ou du carburant.

En 2019, Mélenchon a été condamné à trois mois de prison avec sursis et à une amende pour avoir menacé des responsables gouvernementaux qui enquêtaient sur des irrégularités financières présumées au sein de son parti.

Zemmour et la candidate républicaine de droite Valérie Pécresse, qui avaient une chance relativement réelle d’accéder au second tour il y a environ un mois, perdent désormais la faveur des électeurs. Tous deux ont environ dix pour cent des préférences dans l’enquête, la chute de Pécresse est encore plus rapide que celle de Zemmourov.

La plupart des candidats de droite

Ni le candidat vert Yannick Jadot ni le communiste Fabien Roussel n’ont dépassé la préférence des 5 %. Tout à fait à la traîne se trouve la maire socialiste de Paris, Anne Hidalg, qui serait désormais élue par seulement 1,5 % des Français.

En France, 12 candidats se présentent à la présidence cette année, la plupart d’entre eux à droite de l’échiquier politique. Moins de 20% des voix suffiront probablement pour passer au second tour, ce qui serait le moins depuis de nombreuses années.

Les candidats avec plus de 25% des voix passent généralement. En 2002, cependant, Jacques Chirac avançait avec moins de 20 % et Jean-Marie Le Pen, le père de Marine Le Pen, avec 16,8 %.

Le premier tour de l’élection présidentielle a lieu le 10 avril. Si aucun des candidats n’obtient la majorité absolue, le second tour de l’élection présidentielle aura lieu le 24 avril.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.