Il n’a pas été un paria longtemps. Biden et Macron ont tous deux rencontré le dirigeant saoudien, des organisations non gouvernementales le critiquent

Le prince héritier saoudien Muhammad bin Salman ce jeudi il a voyagé en France, où il s’est entretenu avec le président français Emmanuel Macron. Il y a à peine deux semaines, il a également rencontré le président des États-Unis d’Amérique chez lui.

Il n’y aurait rien d’inhabituel à cela en soi, si Joe Biden s’avérait toujours être lui il n’y a pas longtemps il ne voulait pas faire un « paria ».

Entre-temps, cependant, en raison de l’impact de la pandémie et de l’invasion russe de l’Ukraine, les prix de l’énergie ont augmenté et l’Arabie saoudite, en tant que premier importateur mondial de pétrole, est devenue un acteur géopolitique clé.

Beaucoup interprètent les rencontres avec Macron ou Biden comme un effort de bin Salman pour améliorer son nom sur la scène internationale. En fait, depuis son arrivée au pouvoir, il a essayé de se présenter comme un réformateur modéré qui pense aux droits des femmes et apporte du divertissement aux citoyens de son pays.

Cependant, malgré certaines décisions révolutionnaires – par exemple, il a autorisé les femmes à conduire ou à voyager – le dirigeant de facto de l’Arabie saoudite fait face à de vives critiques de la part d’organisations à but non lucratif.

Accent sur les droits de l’homme ou partenariat stratégique ?

Le prince héritier bin Salman ces dernières années renforcé relations avec Vladimir Poutine et avec la Russie l’année dernière signé un document sur la coopération militaire.

Bin Salman s’entendait aussi très bien avec le président américain Donald Trump et surtout avec son gendre Jared Kushner. Cependant, le public s’attendait à ce que les relations entre l’Arabie saoudite et les États-Unis soient affectées par l’élection du nouveau président, Joe Biden.

Lors de la campagne électorale, il a promis que la politique étrangère américaine ne serait plus « seulement » axée sur ses propres intérêts stratégiques, mais également sur l’accent mis sur les droits de l’homme. C’est pourquoi il a déclaré lors de la campagne électorale qu’il ne négocierait pas avec ben Salmane, qui, selon les services secrets américains, aurait donné son accord pour l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

Même compte tenu des prix élevés de l’énergie (et des importantes réserves de pétrole de l’Arabie saoudite), Biden et ben Salmane se sont rencontrés à la mi-juillet

Cet article est un contenu exclusif pour les abonnés Denník N.

Êtes-vous abonné?

Irène Belrose

« Fanatique de musique. Penseur maléfique. Accro au café. Spécialiste du voyage. Créateur. Praticien de l’Internet.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.