Il s’est avéré être son mentor. L’ancien président français Sarkozy a été reconnu coupable de corruption

Au lieu de profiter d’une retraite paisible quelque part dans le sud de la France, Nicolas Sarkozy voulait revenir au sommet de la politique française et redonner de la popularité aux républicains. A droite, ils préfèrent ne pas compter sur lui.

Un tribunal de Paris l’a reconnu lundi coupable de corruption et l’a condamné à trois ans de prison, dont sans condition. Ce n’est pas encore une condamnation valable, Sarkozy peut faire appel.

L’ex-président français ne devrait pas se retrouver derrière les barreaux. Un an de prison peut être purgé, par exemple, en portant un bracelet électronique ou en résidence surveillée.

Sarkozy, 66 ans, est le deuxième président français à être reconnu coupable de corruption dans l’histoire moderne.

En 2011, le tribunal a reconnu le mentor politique de Sarkozy, l’ancien président Jacques Chirac, coupable de corruption. Selon le tribunal, il devait dépenser de l’argent de l’État pour des emplois fictifs à la mairie de Paris lorsqu’il était maire.

Cependant, le tribunal a finalement annulé sa peine de deux ans pour sa mauvaise santé. Chirac mourut huit ans plus tard.

L’affaire Bismuth

Selon France24, le tribunal a accusé Sarkozy d’avoir influencé et soudoyé le juge à qui il devait être proposé.

Cet article est le contenu exclusif pour les abonnés Denník N.

Êtes-vous abonné?

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.