Il y a 230 ans, les exécutions à la guillotine commençaient en France – RTVS News

La machine a été testée sur des moutons vivants et sur des cadavres de femmes et d’enfants.

Le premier enregistrement d’une exécution avec un outil semblable à une guillotine date de 1307 dans la ville irlandaise de Merton. L’appareil qui effectuait l’ombrage de la tête n’était donc pas nouveau.

Cependant, grâce à la législation adoptée en France, il a été ajusté à une forme qui aurait dû signifier une mort moins pénible pour les condamnés. Lundi 25 avril, 230 ans se sont écoulés depuis qu’ils ont utilisé pour la première fois en France un dispositif d’exécution mécanique appelé guillotine.

Au moment où le slogan « Liberté – Égalité – Fraternité » se répandait dans l’opinion pendant la Grande Révolution française, le médecin et homme politique Joseph-Ignace Guillotin se présentait devant l’Assemblée nationale pour plaider également en faveur de l’égalité. Mais il s’agissait de la mort.

Guillotin avait de bonnes intentions

Le député de Paris et professeur d’anatomie a fait valoir qu’il était injuste que des criminels ordinaires en France soient exécutés par des méthodes tortueuses telles que la pendaison, le brûlage à la frontière ou le bris sur roues, tandis que les criminels aristocratiques avaient le privilège d’être tués par la décapitation.

Guillotin demande donc aux législateurs en octobre 1789 de s’en tenir aux principes égalitaires. Il voulait qu’ils adoptent un système plus clément de la peine de mort, selon lequel tous les auteurs seraient décapités, quelle que soit leur classe sociale.

En fin de compte, il a été crédité d’avoir adopté une loi exigeant que toutes les condamnations à mort soient exécutées par une machine qui séparerait efficacement le corps de la tête. Guillotin pensait qu’une méthode plus humaine pour purger la peine conduirait finalement à l’annulation de la peine de mort.

« Le mécanisme tombe comme un éclair, la tête s’envole, le sang éclabousse, l’homme n’existe plus » Guillotin a dit à ses homologues politiques sur une installation margo d’assurer un départ rapide et miséricordieux du monde.

La machine a été testée sur des moutons vivants

Le Dr Antoine Louis et le facteur de pianos Tobias Schmidt ont construit un prototype d’un tel mécanisme, qui était à l’origine surnommé louison ou louisette, mais est devenu plus tard connu sous le nom de la guillotine. Cependant, certaines sources affirment que le premier modèle fonctionnel de la guillotine a été créé exclusivement par Tobias Schmidt.

La machine, introduite à l’hôpital Bicêtre à Paris en 1792, a d’abord été testée sur des moutons vivants et des cadavres de femmes et d’enfants. Cependant, les incisions sur les corps masculins n’étaient pas aussi nettes, ce qui a nécessité un changement de conception.

La guillotine pesait environ 600 kilogrammes, la lame pesait de 40 à 60 kilogrammes et avait une forme triangulaire oblique. Bien sûr, l’équipement comprenait également un poids lourd, qui devait assurer une coupe rapide et précise de la lame lors du lancement. Environ une demi-seconde s’est écoulée depuis le moment où le mécanisme a été déclenché jusqu’à l’impact de la lame.

La première victime était un meurtrier

Nicolas-Jacques Pelletier, condamné le 25 avril 1792, fut la première victime d’une telle guillotine et exécuté sur l’une des places de Paris.

Comme l’écrit le portail Hit historique, lors d’une manie de la guillotine dans les années 1990, des répliques de près d’un demi-mètre de haut de lames et de poutres étaient un jouet préféré que les enfants utilisaient pour décapiter des poupées ou même de petits rongeurs. Les nouvelles guillotines bénéficiaient même de couches supérieures pour trancher le pain et les légumes.

L’outil mortel a également été utilisé en Allemagne

Pendant la Révolution française, la guillotine est devenue un symbole majeur du règne de la terreur et a été utilisée pour exécuter des dizaines de milliers de personnes, dont le roi Louis XVI de France, son épouse Marie-Antoinette et l’un des représentants les plus importants de la Grande Révolution française. , Maximilien Robespierre.

Guillotine serait profondément attristé que l’installation, censée être un exemple de la nature démocratique et de la pensée progressiste de la Révolution française, soit devenue un symbole du massacre et ait exécuté un certain nombre d’innocents.

L’outil mortel a également été utilisé dans d’autres pays, en particulier à l’époque nazie. Entre 1933 et 1945, environ 16 500 personnes ont été exécutées de cette manière.

En France, le dernier cas de mort de cette manière remonte à 1977. Le pays a aboli la peine de mort en 1981.

Guinevere Desjardins

"Nerd de la bière diabolique. Accro aux zombies. Résolveur de problèmes à vie. Lecteur. Évangéliste amateur de bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.