La candidate française a lancé une campagne présidentielle forte : peut-elle tenir ses promesses ?

Valérie Pécress, la candidate des Républicains de centre-droit (LR) à l’élection présidentielle de l’an prochain en France, veut se battre pour la souveraineté et les valeurs de la République française. Dans son allocution aux participants de sa première assemblée pré-électorale à Paris, elle a également annoncé des plans de lutte contre l’immigration clandestine.

Comme l’a rapporté samedi le site d’information France Info, Dans son discours, Pécress a critiqué l’actuel président Emmanuel Macron, qui, selon elle, « a si peu réformé et a tant manqué. Il a sacrifié l’avenir. Par conséquent, nous allons réformer le présent pour ne pas détruire l’avenir ».« .

Le candidat républicain s’est également engagé à « arrêter les migrations incontrôlées » et à prendre toutes les mesures nécessaires. Il veut également éliminer « les ghettos et stopper la croissance de l’islamisme radical », elle a également pointé l’injustice des critiques des autorités par ceux qui « abusent de la générosité » de la France. Elle a promis de se battre pour de meilleures conditions de travail, des salaires décents et un avenir prometteur pour les enfants.

Elle a également annoncé son intention de « moderniser l’État » et de se débarrasser de la bureaucratie inutile. Elle a déclaré que « nous donnerons aux entreprises le droit de renoncer à la semaine de travail de 35 heures, et a ajouté qu’elles se battront pour des salaires plus élevés. Dans son discours, Péccress a réaffirmé le « retour de la droite » sur le devant de la scène politique française en étant capable de s’unir autour d’un candidat commun à la présidentielle.

Elle a promis qu’elle et ses quatre adversaires lors du vote intra-parti – Éric Ciotti, Michel Barnier, Xavier Bertrand et Philippe Juvin – se soutiendraient pendant la campagne. Les directeurs de leurs équipes devraient rejoindre le staff de Pécress. Selon Pécress, l’élection présidentielle sera un duel à la manière du « soit Emmanuel Macron, soit nous ». Elle a ajouté que si les électeurs « aimaient la ferveur de Jacqua Chirac et l’énergie indomptable de Nicolas Sarkozy, vous aimeriez aussi notre campagne ». Elle a annoncé qu’elle aimerait rencontrer « tout le monde » car le patriotisme ne divise pas.


Léopold Moulin

"Analyste de longue date. Passionné de cuisine subtilement charmant. Introverti. Accro aux médias sociaux. Lecteur. Pionnier général de la télévision. Étudiant. Future idole des adolescents."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.