La France a assuré à l’Ukraine qu’elle deviendrait membre de l’Union européenne

Paris tente de rassurer Kiev sur le fait que la proposition française de créer une communauté plus étroite entre l’Union et les pays candidats ne se substituera pas à leur véritable adhésion à l’UE.

L’Ukraine finira par faire partie de l’Union européenne, a déclaré mardi le secrétaire d’État du ministère français des Affaires étrangères Clément Beaune. Ce faisant, il a cherché à rassurer Kiev sur le fait que la proposition française de créer une communauté plus étroite entre l’Union et les pays candidats ne se substituerait pas à leur véritable adhésion à l’UE. TASR a reçu un rapport de l’agence de presse Reuters.

Ce mois-ci, le président français Emmanuel Macron a proposé la création d’une « communauté politique européenne », qui serait une sorte d’organisation nouvelle et permettrait une coopération plus étroite entre l’Union et les pays aspirant à rejoindre l’UE.

« Je suis convaincu que l’Ukraine fera partie de l’Union européenne », a déclaré Beaune aux journalistes. « Nous pouvons honnêtement dire que cela prendra du temps et à ce moment-là, nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre. Nous devons nourrir l’espoir européen », a-t-il ajouté.

Beaune, qui a déclaré la semaine dernière qu’il faudrait 15 à 20 ans à l’Ukraine pour devenir membre de l’UE, a ajouté que le projet de « communauté politique » n’était pas un « substitut ».

Le secrétaire d’État Beaune, ainsi qu’Olga Stefanishinova, vice-Premier ministre ukrainien pour l’intégration européenne et euro-atlantique, ont déclaré que la prochaine étape serait une discussion avec les partenaires européens sur les détails de la proposition française.

La nouvelle ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonn, a déclaré aux journalistes à Berlin de la même manière qu’à Beaune – la proposition vise à compléter l’élargissement de l’UE en offrant des avantages aux pays non candidats et un soutien aux pays souhaitant adhérer à l’UE.

« Nous devons maintenant répondre aux multiples demandes de certains partenaires, et nous devons le faire plus rapidement. Cette communauté politique européenne vise à renforcer rapidement les relations avec tous les pays européens de notre voisinage », a ajouté le ministre.

Certains États membres de l’UE ont adopté la proposition avec prudence, en raison d’un manque de détails. Kiev a également exprimé sa crainte que la proposition ne soit utilisée comme un substitut à l’adhésion à l’UE.

La Commission européenne, l’organe exécutif de l’UE, rendra son avis sur la candidature de l’Ukraine au statut de candidat en juin, mais même si c’est le cas, l’ensemble du processus prendra plusieurs années et pourra faire l’objet d’un veto des États membres.

Après avoir rencontré Beaun, Stefanishyn a déclaré qu’elle était assurée que la proposition n’affecterait pas la candidature de Kiev à l’adhésion à l’UE.

Napoleon Favre

"Lecteur. Voyageur évangéliste. Internetaholic indépendant. Fier spécialiste du Web. Passionné de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.