La France a émis un mandat d’arrêt international contre l’ancien patron de Renault

Ghosn serait prêt à laver son nom.

PARIS. La France a émis un mandat d’arrêt international contre Carlos Ghosn, l’ancien patron de Renualt et de l’alliance Renault-Nissan, qui a fui le Japon en 2018 après avoir été libéré sous caution.

TASR l’informera sur la base du rapport de l’AFP.

Le mandat d’arrêt a été émis dans le cadre de versements suspects de plus de 15 millions d’euros entre l’alliance Renault-Nissan lorsqu’elle était dirigée par Ghosn et la société omanaise Suhail Bahwan Automobiles (SBA). C’est ce qu’a déclaré le parquet de la banlieue parisienne de Nanterre.

Ghosna a été arrêté à Tokyo en novembre 2018, soupçonné de violations financières et d’abus de confiance. Il était accusé d’avoir sous-estimé ses revenus entre 2011 et 2015 et d’avoir détourné les finances de Nissan à des fins personnelles.

Peu de temps après son arrestation, Nissan et Mitsubishi l’ont démis de ses fonctions de président du conseil d’administration, et il a ensuite démissionné de son poste de PDG de Renault. Le scandale a ébranlé l’alliance de 20 ans de Renault avec Nissan.

Après avoir été libéré sous caution, Ghosn a réussi à s’échapper du Japon dans un jet privé. Turquied’où il est arrivé au Liban, qui n’a pas d’accord avec le Japon sur l’extradition des suspects.

Reuters a approché son porte-parole dans le cadre de la délivrance du mandat d’arrêt. Il a déclaré que Ghosn était « surpris » d’avoir émis un mandat d’arrêt contre lui-même et qu’il était prêt à blanchir son nom.

Renault

Léopold Moulin

"Analyste de longue date. Passionné de cuisine subtilement charmant. Introverti. Accro aux médias sociaux. Lecteur. Pionnier général de la télévision. Étudiant. Future idole des adolescents."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.