La France tente de surmonter l’opposition de certains membres de l’UE à la taxe mondiale

Les questions fiscales nécessitent une approbation unanime au sein du bloc européen.

PARIS. La France a l’intention d’utiliser la réunion de mardi des ministres des Finances de l’Union européenne pour surmonter l’opposition de certains membres du bloc aux projets d’introduction d’un minimum mondial impôts du revenu des personnes morales. C’est ce qu’a annoncé lundi le ministre des Finances Bruno Le Maire.

Près de 140 États ont soutenu le projet d’un taux d’imposition minimum sur les sociétés de 15 % en octobre dernier dans le cadre d’un accord international visant à empêcher les multinationales de réaliser des bénéfices dans des pays à faible taux d’imposition.

Le Maire, l’un des plus ardents partisans de la réforme, veut s’entendre sur la mise en œuvre de l’accord au niveau de l’Union européenne pendant le semestre de la présidence française de l’UE, qui dure jusqu’à fin juin.



Article associé Heger a présenté des plans d’investissement dans l’écologie à un membre de la Commission européenne Continuer à lire

Le ministre français a déclaré aux journalistes qu’il s’était entretenu ces derniers jours avec des partenaires hongrois, suédois, tchèques, polonais et Irlande dans le but de parvenir à un accord lors de la réunion de mardi avec des collègues de l’Union européenne. Les questions fiscales nécessitent une approbation unanime au sein du bloc européen.

« Il reste encore un ou deux obstacles politiques, mais je ne suis pas sans espoir que nous parvenions à un consensus entre les 27 (pays membres) », a déclaré Le Maire aux journalistes avant la réunion de Bruxelles, qu’il présidera.

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui dirige les négociations mondiales sur l’accord depuis sa création, a déclaré le mois dernier que l’accord était « sur la bonne voie » mais aurait besoin d’un compromis politique pour entrer en vigueur l’année prochaine comme prévu. . TASR a repris le rapport de l’agence Reuters.

Napoleon Favre

"Lecteur. Voyageur évangéliste. Internetaholic indépendant. Fier spécialiste du Web. Passionné de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.