La guerre dure trois mois : qu’est-ce qui nous attend d’autre ?

L’auteur est professeur à l’Université de la ville de Prague, expert militaire

Le principal résultat de la guerre de trois mois : l’Ukraine a non seulement résisté à un coup dur de la machinerie militaire russe, mais a également causé une grave défaite politique et militaire à l’agresseur. Le Kremlin a été contraint d’abandonner ses projets initiaux de transformer l’Ukraine en protectorat russe et de présenter des objectifs beaucoup moins ambitieux : l’occupation des parties contrôlées par Kiev des régions de Donetsk et de Lougansk et, avec un peu de chance, le sud de l’Ukraine jusqu’à la frontière avec la Transnistrie. .

Au début de la guerre, la Russie avait près d’une fois et demie la force supérieure aux forces armées ukrainiennes. Au matin du 24 février, 120 groupes de bataillons tactiques russes étaient concentrés à la frontière ukrainienne, avec un nombre de 200 000 hommes ainsi que des unités de soutien et de réserve et jusqu’à 1 200 chars et un nombre correspondant d’autres armements lourds. Les forces armées ukrainiennes se sont opposées à cette armée en nombre correspondant à environ 80 groupes de bataillons tactiques avec environ 800 chars. Les forces ukrainiennes comptaient au total 120 000 soldats et officiers.

Néanmoins, les forces armées ukrainiennes ont contrecarré les tentatives de Moscou de s’emparer de Kiev, Tchernihiv, Sum et Kharkiv, ont forcé l’ennemi à quitter les régions de Kiev, Chernihiv et Sumy, ont expulsé l’ennemi de la région de Kharkiv et ont arrêté l’offensive russe dans le sud.

Les pertes de l’armée russe sont énormes. Selon l’état-major général de l’armée ukrainienne, plus de 29 000 soldats et officiers russes ont été tués sur le champ de bataille en Ukraine au matin du 23 mai. Comme le nombre de blessés est généralement deux fois et demie à trois fois supérieur au nombre de tués, le les pertes irrémédiables des troupes russes ont dépassé cent mille personnes.

Les chiffres des agences militaires occidentales, qui se retrouvent parfois dans les médias, sont inférieurs, mais pas beaucoup. Par exemple, à la mi-mai, le service de renseignement britannique a annoncé qu’un tiers des troupes que la Russie entendait attaquer en février avait été éliminé, soit 65 000 à 70 000 hommes. Le Kremlin est donc confronté à la nécessité de compenser ces pertes et, en outre, de constituer des forces combattantes suffisantes en Ukraine pour remporter la victoire, ou du moins pour éviter la défaite. La question se pose naturellement : est-ce réel ?

ukrainien Le ministre de la Défense, Olexiy Reznikov, estime que 91 groupes de bataillons tactiques russes combattent l’Ukraine dans la seconde quinzaine de mai. Leur nombre total, avec les unités de soutien et de réserve, est de 167 000 soldats et officiers. Reznikov pense que le Kremlin peut lancer 55 autres groupes dans la guerre contre l’Ukraine, en utilisant toutes les réserves de main-d’œuvre et d’armement disponibles et en reconstituant les troupes brisées. En d’autres termes, la taille du groupe pourrait atteindre 220 à 240 mille hommes. La Russie n’en est plus capable. Cependant, ce ne sont pas des forces avec lesquelles gagner une guerre.

Olexiy Reznikov a déclaré que l’Ukraine comptait plus de 260 000 soldats dans l’armée, 100 000 dans la défense territoriale, 45 000 gardes-frontières, 45 000 dans la Garde nationale et en plus le SBU et des unités spéciales du renseignement militaire. Selon le président Zelensky, environ 700 000 hommes défendent le pays. Quand et si les forces armées ukrainiennes reçoivent un nombre suffisant d’armes lourdes de l’étranger – artillerie à longue portée et lance-roquettes, véhicules blindés, avions de défense aérienne et / ou de combat – l’Ukraine sera en mesure de libérer les territoires occupés pendant la guerre actuelle et atteindre même les frontières de 1991.

Ils en sont probablement bien conscients à Moscou et développent une stratégie dans plusieurs directions. Ils veulent d’abord s’emparer du territoire de Louhansk puis de la région de Donetsk. C’est une tâche minimale, une condition nécessaire, comme le croit (ou peut le penser) le Kremlin, pour éviter une défaite humiliante, car Poutine a annoncé de toutes parts la reconnaissance des soi-disant républiques populaires à l’intérieur des frontières administratives de ces régions. Le deuxième objectif est d’empêcher la libération des régions de Zaporozhye et de Kherson, qui étaient occupées par les troupes russes, et, idéalement, d’étendre le territoire occupé au sud jusqu’à la Transnistrie.

Cependant, la deuxième option est irréaliste. Cela nécessiterait une attaque contre deux grandes villes – Mykolaïv et Odessa – ce qui dépasse clairement les effectifs des troupes russes. Cependant, les plans de l’état-major russe pour atteindre la Transnistrie sont susceptibles d’être maintenus. Mais l’essentiel est que ces objectifs doivent être atteints avant que les forces armées ukrainiennes ne puissent lancer une contre-offensive. Par conséquent, dans les semaines à venir, une offensive russe dans les régions de Donetsk et de Zaporozhye ne peut être exclue, mais avant cela, les troupes russes doivent atteindre les frontières de la région de Lougansk.

Dans ces circonstances, les dirigeants russes, du moins en partie, ont commencé à faire pression pour l’idée d’une « solution diplomatique », citant une soi-disant « pause stratégique » suivie d’un cessez-le-feu, du maintien des troupes et du début de négociations diplomatiques. L’idée est grossièrement primitive : son but est de sécuriser le territoire russe occupé pendant la guerre actuelle. Néanmoins, il trouve compréhension et soutien à Paris, Berlin et quelques autres capitales européennes. La France et l’Allemagne ne semblent pas enthousiastes à l’idée de la victoire de l’Ukraine, et donc de la défaite de la Russie. Les raisons peuvent être multiples : des intrigues de la cinquième colonne pro-russe corrompue et des appels des « idiots utiles » (qui ne peuvent en aucun cas être ignorés) aux calculs stratégiques.

La victoire de l’Ukraine conduirait naturellement à un affaiblissement radical de la Russie, perçue en France et en Allemagne comme un contrepoids utile à l’influence américaine. Les États-Unis y sont non seulement perçus et non comme un allié, mais comme un rival. Par ailleurs, Paris et Berlin craignent la création d’un nouveau « noyau » stratégique en Europe centrale et orientale sur la base d’une alliance militaro-politique entre l’Ukraine et la Pologne, à laquelle pourraient se joindre les États baltes et la Roumanie. En cas de victoire militaire de l’Ukraine, un tel « noyau » soutenu par les États-Unis et la Grande-Bretagne pourrait sévèrement limiter la domination germano-française dans l’Union européenne. Cependant, ni Paris ni Berlin ne veulent comprendre que si la Russie n’est pas désarmée, elle recommencera tôt ou tard une guerre en Europe. Et avec des résultats imprévisibles.

Traduit par Yuri Vasin

Gaspard Pettigrew

"Lecteur. Fanatique de la cuisine professionnelle. Écrivain. Gourou d'Internet. Amateur de bière d'une humilité exaspérante. Fan de café sans vergogne."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.