La plupart des candidats à la présidentielle sont favorables au départ de l’OTAN

La majorité des candidats à l’élection présidentielle française proposent dans leurs programmes le retrait complet de la France de l’Alliance de l’Atlantique Nord, ou du moins le retrait de son commandement intégré, informe le rapporteur spécial TASR de la France.

Le rôle stratégique de l’OTAN

En 2019, le président sortant Emmanuel Macron a déclaré à Reuters que l’OTAN était « en état de mort cérébrale ». Cependant, il ne traite pas spécifiquement de l’Alliance de l’Atlantique Nord.

Dans une interview au Monde, sa principale opposante, la nationaliste Marine Le Pen, a reproché à l’OTAN de devenir « une organisation incitant à la guerre, dont l’expansion progressive se concentre moins sur la protection des pays européens que sur le siège dangereux de la Russie de la Géorgie à l’Ukraine ». « 

Il propose donc dans son programme le retrait de la France du commandement intégré de l’OTAN. « La participation de la France au commandement militaire intégré de l’Otan est incompatible avec sa position de puissance souveraine et son indépendance diplomatique et militaire », indique le programme.

L’enquête n’est pas d’accord avec le départ

Le candidat d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon pousse à une démission complète de l’Alliance, tout comme l’extrême droite Eric Zemmour, mais aussi la gauche Fabien Roussel, le gaulliste Nicolas Dupont-Aignan et le député occitan de longue date Jean Lassalle. Le candidat écologiste Yannick Jadot souhaite, comme il l’a confié à Europe 1, que la France reste dans l’Otan jusqu’à « qu’il y ait une politique de défense purement européenne ».

Les seuls candidats qui ont exprimé leur plein soutien à l’Otan sont la maire socialiste de Paris, Anne Hidalg, et la républicaine Valérie Pécress, qui souhaite également relancer les investissements liés à l’adhésion à l’Alliance.

Dans le même temps, les Français ne sont pas contre l’adhésion du pays à l’OTAN – 65% d’entre eux souhaitent que la France reste dans l’Alliance, et seulement 9% sont favorables à son départ. C’était selon un sondage réalisé par YouGov pour Huffpost. L’élection présidentielle en France aura lieu ce dimanche. Un éventuel deuxième tour est prévu le 24 avril.

Ne le manquez pas

La France a convoqué l’ambassadeur de Russie pour un tweet « dégoûtant » sur les atrocités à Buč

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.