La politique pro-famille de Matovič soutiendra la croissance de l’inflation, l’expert a souligné plusieurs absurdités dans la proposition présentée

Prendre des mesures en faveur de la famille sans se fonder sur une analyse complète de leurs impacts et sur une véritable discussion professionnelle crée un précédent indésirable pour l’avenir.

L’utilisation efficace des ressources publiques doit primer sur les priorités politiques. Anetta Čaplanová, membre du Conseil pour la responsabilité budgétaire (CBR), l’a déclaré dans son article.

Le programme d’aide de Matovic augmentera l’inflation

Selon elle, l’accent mis sur le soutien aux familles avec enfants risque de nécessiter des ressources supplémentaires pour compenser les groupes vulnérables qui ne sont pas touchés par les mesures ou qui leur sont insuffisants.

« L’inclusion même des mesures proposées dans un paquet anti-inflation est déroutante. L’introduction de ces mesures devrait augmenter l’inflation et n’aura pas d’effet anti-inflationniste. » fait remarquer.

Selon Čaplanová, ces mesures, en raison de leur caractère permanent, créent une charge fiscale à l’avenir. « La question est de savoir si, dans les conditions économiques volatiles actuelles associées à un degré élevé d’incertitude, la priorité doit être de prendre des mesures qui grèvent le budget avec des dépenses permanentes importantes. » réclamations.

Les allocations familiales devraient augmenter avec l’âge

Le membre CBR rappelle que l’augmentation du bonus fiscal devrait être graduée en fonction de l’âge de l’enfant. Selon elle, le paradoxe est que le bonus fiscal pour un enfant de plus de 15 ans ne devrait être que de la moitié du montant du début de l’année prochaine par rapport au montant du bonus fiscal pour un enfant de moins de 15 ans d’un montant de 100 euros.

L’allocation familiale est portée à 50 euros par mois, quel que soit l’âge de l’enfant. « Cependant, dans plusieurs pays (par exemple, la République tchèque, la Pologne, l’Allemagne, l’Autriche, la France), le montant de l’allocation pour enfant à charge augmente car les enfants plus âgés nécessitent des coûts plus élevés. «  déclaré. Selon Čaplanová, les mesures proposées n’affecteront pas seulement les familles avec enfants, mais l’ensemble de la société et de l’économie.

« Si l’augmentation des taux d’imposition pour certaines entreprises est utilisée pour couvrir des dépenses supplémentaires, on peut s’attendre à ce qu’elles trouvent un moyen de répercuter au moins une partie de la charge fiscale supplémentaire sur les prix, resp. réduire votre bénéfice. En outre, une augmentation une charge fiscale sélective augmentera l’incertitude dans l’environnement des affaires en Slovaquie et pourrait décourager les entreprises qui envisagent d’entrer dans l’économie slovaque. » elle a ajouté.

Modification du bonus fiscal

Selon la proposition du ministre des Finances Igor Matovič (OĽaNO), l’allocation pour enfant doit être augmentée de 25,88 euros actuels à 30 euros et à partir du début de l’année prochaine à 50 euros à partir du début de l’année prochaine. Le bonus fiscal pour enfants à charge est également en hausse.

Le bonus fiscal actuel pour les enfants de moins de six ans est de 47,14 €, pour les enfants de 6 à 15 ans il est de 43,60 € et pour les enfants de plus de 15 ans de 23,57 €. A partir de juillet, le montant du bonus fiscal pour un enfant de moins de 15 ans doit passer à 70 euros et dès le début de l’année prochaine à 100 euros.

Pour un enfant à charge de plus de 15 ans, le bonus fiscal devrait passer à 40 euros à partir de juillet de cette année et à 50 euros dès le début de l’année prochaine. Dès le début de l’année prochaine, le gouvernement souhaite également instaurer une allocation pour services à l’enfance d’un montant de 50 euros par enfant.

Le ministère des Finances envisage également d’assouplir les conditions d’ouverture du droit au bonus fiscal pour enfant. À l’heure actuelle, les parents qui gagnent au moins la moitié du salaire minimum annuel par an ont droit à ces allégements fiscaux.

Selon Matovič, les parents devraient avoir droit à un bonus fiscal pour l’enfant dès le premier euro gagné. Or, selon le ministre des Finances, le montant du bonus fiscal devrait être lié au montant du salaire brut du salarié afin d’éviter d’éventuelles fraudes.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.