La trésorerie du Kremlin était considérablement pleine pendant la guerre. Il a gagné 93 milliards d’euros grâce aux exportations d’énergies fossiles – Energie – Economie

La Russie a gagné 93 milliards d’euros d’exportations de combustibles fossiles au cours des 100 premiers jours de la guerre en Ukraine. La plupart d’entre eux exportaient vers l’Union européenne (UE). C’est ce qu’indique un rapport publié lundi par le Centre indépendant de recherche sur l’énergie et l’air pur (CREA) basé en Finlande. TASR a repris l’information de l’AFP.

La nouvelle arrive à un moment où Kiev exhorte l’Occident à couper tout commerce avec la Russie dans l’espoir de couper le Kremlin de la bouée de sauvetage financière.

Plus tôt ce mois-ci, l’UE a accepté de suspendre la plupart des importations de pétrole russe, dont le continent dépend fortement. Et bien que le bloc vise à réduire les approvisionnements en gaz des deux tiers cette année, un embargo sur le gaz n’est actuellement pas prévu.

Selon le rapport, l’UE a emporté 61 % des exportations russes de combustibles fossiles d’une valeur d’environ 57 milliards d’euros au cours des 100 premiers jours de la guerre.

Lire la suite Poutine arrêtera le gaz d’un autre pays. Nous ne paierons pas en roubles, référez-vous au Kremlin

Les plus gros importateurs d’énergie russe au cours de la période sous revue ont été la Chine (12,6 milliards d’euros), l’Allemagne (12,1 milliards) et l’Italie (7,8 milliards).

Les revenus des combustibles fossiles de la Russie proviennent principalement de la vente de pétrole brut (46 milliards d’euros), suivis du gaz transporté par pipelines, des produits pétroliers, du gaz naturel liquéfié (GNL) et du charbon.

Bien que les exportations russes aient chuté en mai alors que les États et les entreprises luttaient pour éviter de les approvisionner pour envahir l’Ukraine, la hausse mondiale des prix des combustibles fossiles continue de remplir le Trésor du Kremlin, les recettes d’exportation atteignant des niveaux record.

Selon CREA, les prix moyens à l’exportation de la Russie au cours des 100 premiers jours de la guerre étaient d’environ 60 % supérieurs à ceux de l’année dernière.

En revanche, certains pays ont augmenté leurs achats d’énergie à Moscou, notamment la Chine, l’Inde, les Émirats arabes unis et la France, selon le rapport.

« Alors que l’UE envisage des sanctions plus sévères contre la Russie, la France a augmenté ses importations et est devenue le plus grand acheteur de GNL au monde », a déclaré l’analyste du CREA, Lauri Myllyvirta.

Et comme il s’agit principalement d’achats au comptant plutôt que de contrats à long terme, la France a délibérément choisi d’utiliser l’énergie russe après l’invasion de l’Ukraine par Moscou, a ajouté Myllyvirta.

Il a également appelé à un embargo sur les énergies fossiles russes afin « d’aligner les actes sur les paroles ».

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.