L’Académie française appelle à supprimer l’anglais des cartes d’identité

Les universitaires ont annoncé qu’ils étaient prêts à porter plainte pour violation de la constitution.

PARIS. L’Académie française, qui veille à la pureté de la langue française, veut lutter contre l’utilisation de l’anglais sur les cartes d’identité françaises.

Elle a annoncé qu’elle était prête à porter plainte pour violation de la constitution, a rapporté vendredi l’AFP.


L’article continue sous la publicité vidéo

L’article continue sous la publicité vidéo

Traductions en anglais de l’année dernière

Les laissez-passer, qui comprennent également des traductions en anglais des étiquettes des articles individuels, ont commencé à être délivrés en France l’année dernière.

La démarche annoncée était apparemment motivée par un souci de faciliter les déplacements, de nombreux Français utilisant également ce document d’identification lors de leurs déplacements au sein de l’UE.

L’Académie française, qui veille à la pureté de la langue française depuis 1635, a averti qu’elle était prête à saisir les tribunaux à ce sujet.

« Qui a décidé que le français et l’anglais seraient utilisés de manière égale sur ce document ? a déclaré Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire permanente de l’académie, au quotidien conservateur Le Figaro.

L’UE exige des documents en deux langues

Selon elle, la forme mentionnée des cartes d’identité viole le principe de base du deuxième article de la constitution française, qui stipule que « la langue de la République est le français ».

Conformément au règlement de l’UE, le signe « Carte d’identité » sur les documents de ce type doit être traduit dans au moins une autre langue de l’UE. Bruxelles laisse la traduction d’autres éléments sur les documents aux bureaux des différents pays.

Par exemple, dans les cartes d’identité allemandes, les lignes individuelles sont marquées en français et en anglais. Même après que la Grande-Bretagne ait quitté l’UE, les passeports britanniques contiennent des traductions françaises des sections.

Le Premier ministre n’a pas encore répondu à l’appel

Selon d’Encausse, l’Académie française a déjà envoyé une invitation au Premier ministre Jean Castex. Elle lui a demandé d’annuler la disposition législative qui permettait la création des cartes sous la forme bilingue actuelle. Elle n’a pas encore reçu de réponse.

Si le Premier ministre ne répond pas, l’Académie française soumettra sa plainte au Conseil d’État, qui est la plus haute juridiction administrative de France.

L’opposition aux cartes d’identité a également été exprimée par le parti conservateur français Les Républicains, fondé par l’ancien président Nicolas Sarkozy.

Cependant, les opinions des résidents français sur les cartes bilingues varient. Le musicien et écrivain Étienne Liebig, par exemple, s’étonne que certains Français « craignent de perdre leur identité à cause d’une telle affaire ».

Léopold Moulin

"Analyste de longue date. Passionné de cuisine subtilement charmant. Introverti. Accro aux médias sociaux. Lecteur. Pionnier général de la télévision. Étudiant. Future idole des adolescents."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.