L’arrêt des importations d’énergie en provenance de Russie pourrait réduire de 4,2 % le PIB de l’UE

Madrid, 31 mai (TASR) – Un éventuel arrêt complet des importations d’énergie en provenance de Russie aura un impact négatif important sur le développement de l’économie de l’Union européenne à court terme, a déclaré mardi la banque centrale espagnole. Selon ses estimations, l’embargo sur l’énergie pourrait réduire le produit intérieur brut de l’UE de 2,5 à 4,2 points de pourcentage à court terme. Rapports TASR sur la base d’un rapport de Reuters.

Cependant, selon la Banque centrale d’Espagne, l’ampleur des conséquences négatives attendues s’atténuera progressivement après la première année de l’embargo potentiel sur l’énergie, à mesure que les pays européens obtiendront progressivement de nouvelles ressources. Selon la banque, les trois plus grandes économies de l’UE, l’Allemagne, la France et l’Italie, ainsi que les pays d’Europe centrale et orientale, auraient les plus grandes conséquences dans un avenir proche. La raison en est leur plus grande dépendance vis-à-vis des importations d’énergie en provenance de Russie.

Quant à l’Allemagne, la banque centrale espagnole estime l’impact de l’embargo sur l’énergie à 1,9 à 3,4% du PIB, 2,3 à 3,9% pour l’Italie et 1,2 à 2% pour la France. L’Espagne elle-même connaîtrait également une croissance plus faible que prévu initialement, a déclaré Javier Quintana, économiste à la banque centrale espagnole. Selon lui, l’embargo sur l’énergie russe réduirait de 0,8 à 1,4 point de pourcentage le produit intérieur brut de l’Espagne.

En outre, l’arrêt des importations russes d’énergie conduirait à une nouvelle accélération de l’inflation dans l’UE. Selon la banque, ce facteur ajouterait 1,6 à 2,7 points de pourcentage à l’inflation. Dans le cas de l’Espagne, l’inflation serait supérieure de 0,8 à 1,2 point de pourcentage.

Cependant, ces estimations sont basées sur une hypothétique cessation des approvisionnements de tous les produits énergétiques en provenance de Russie. Selon la banque, les conséquences pour les produits pétroliers seraient plus modestes pour l’UE que pour les approvisionnements en gaz et en charbon. Un arrêt hypothétique du reste des échanges avec la Russie aurait également un impact négatif sur l’économie globale de l’UE, mais serait nettement plus faible que si les importations d’énergie étaient arrêtées.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.