Le candidat à la présidentielle française détourne des dizaines de milliers d’euros : le Parlement européen veut les récupérer

Le Parlement européen (PE) a annoncé dimanche qu’il tenterait de récupérer l’argent qui aurait été détourné par la politicienne française d’extrême droite Marine Le Pen lorsqu’elle en était membre. C’est ce qu’a indiqué l’agence AFP.

La plateforme d’information française Mediapart a informé samedi que que l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) a accusé Le Pen et trois autres anciens députés, son père Jean-Marie Le Pen, son ancien associé Louis Aliot et Bruno Gollnisch, ancien vice-président du Front national, rebaptisé plus tard Assemblée nationale, pour détournement de fonds du PE.


Le rapport indique Le Pen pendant son mandat en tant que députée au Parlement européen dans les années 2004 – 2017, elle a détourné environ 137 000 euros. Au total, 617 000 euros devaient être indûment payés. L’enquête de l’OLAF est en cours depuis 2016. Le Pen a été interrogée en mars 2021, a indiqué son avocat, Rodolphe Bosselut.

Il a ajouté que son client se réserve le droit de poursuivre en justice les anciens assistants ou prestatairesqui peut avoir détourné des fonds ou commis une autre erreur à son insu. Du point de vue de Bosselut, l’OLAF n’est pas indépendant.

En outre, l’avocat a critiqué le moment de la publication des informations peu avant le second tour de l’élection présidentielle.qui aura lieu le 24 avril. Le Pen fait l’objet d’enquêtes complémentaires depuis 2017 sur des soupçons d’emploi d’assistants fictifs au Parlement européen.

Les députés européens se sont réunis au Parlement européen.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.