Le chef de la diplomatie européenne est déjà désespéré : ces pourparlers sont dans une impasse !

Les négociations sur le réengagement de l’Iran et des États-Unis dans le soi-disant accord nucléaire, limitant le programme nucléaire de Téhéran en échange de la levée des sanctions, sont dans une « impasse ». Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, l’a déclaré mercredi à l’agence AFP, dont TASR a tiré son rapport.

Borrell a passé l’année et demie dernière à coordonner les efforts pour relancer l’accord nucléaire de 2015 entre les puissances mondiales et l’Iran. Les États-Unis s’en sont retirés trois ans plus tard sous l’administration du président Donald Trump. En réponse, l’Iran a progressivement cessé de respecter l’accord, a augmenté son stock d’uranium enrichi et a éteint les caméras de surveillance de l’agence de surveillance de l’ONU.

En août, Borrell a soumis une proposition aux signataires, qu’il a qualifiée de « définitive ». Selon sa déclaration à l’AFP, c’était le meilleur compromis entre les positions de toutes les parties. Cependant, l’Iran exige toujours que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) mette fin à l’enquête qu’elle a lancée après la découverte de traces de matières nucléaires dans trois installations. Téhéran ne les a pas déclarés dans le cadre de son programme nucléaire.


La situation politique aux États-Unis a également changé. Il est difficile pour le président Joe Biden de conclure des accords avec l’Iran avant les élections législatives de novembre, rapporte l’AFP. « Les propositions convergeaient, mais, malheureusement, après l’été, les propositions finales ne convergent pas, mais divergent », Borrell a décrit la situation. Après les dernières propositions de l’Iran, il ne s’attend pas à une percée dans un avenir proche.

Les signataires européens de l’accord sur le nucléaire – la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne – ont déclaré la semaine dernière qu’ils doutaient de la sincérité de l’Iran dans le renouvellement de l’accord. Téhéran a décrit leur position commune comme non constructive et regrettable. Borrell a ajouté à l’AFP qu’il ne pouvait plus présenter de proposition pour sortir de l’impasse. « Je n’ai plus rien à proposer de mon côté » il a déclaré.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko

Gaspard Pettigrew

"Lecteur. Fanatique de la cuisine professionnelle. Écrivain. Gourou d'Internet. Amateur de bière d'une humilité exaspérante. Fan de café sans vergogne."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.