Le chef des démocrates italiens a mis en garde contre l’ingérence russe dans les élections

Le chat domestique a été inclus dans la liste des espèces non indigènes envahissantes en Pologne. L’Institut de protection de l’environnement de l’Académie polonaise des sciences a évoqué les dommages causés par les chats en chassant les oiseaux et autres animaux sauvages. Continuer à lire

La décision de l’institut a provoqué du ressentiment parmi les éleveurs de chats en Pologne. Cependant, Bartlomiej Gorzkowski de la Fondation Epikrates a fait valoir à la radio polonaise que, selon une étude de 2019, les chats tuent environ 631 millions de petits mammifères et environ 144 millions d’oiseaux par an rien qu’en Pologne. Les chats ont un très grand impact sur notre environnement, dit Gorzkowski.

1 786 autres espèces d’animaux figurent sur la liste des espèces non indigènes envahissantes en Pologne, contre lesquelles aucune objection n’a été soulevée, a déclaré Solarz à l’agence AP mardi.

La vétérinaire Dorota Sumiňska, cependant, a remis en question la semaine dernière les conclusions de Solarz sur le danger que représentent les chats pour les animaux sauvages. Elle a souligné d’autres causes qui conduisent à la réduction de la biodiversité – y compris l’environnement pollué et les façades en verre des bâtiments de la ville, sur lesquelles les oiseaux s’écrasent souvent pendant le vol et causent des blessures mortelles.

Début juillet, l’institut concerné a publié sur son site un post dans lequel il répond à la « polémique » et tente de clarifier sa position. L’institut y souligne qu’il est « contre tout traitement cruel des animaux ». Il a également affirmé que sa classification était conforme aux directives de l’Union européenne.

Concernant la catégorisation des chats comme espèce « étrangère », l’institut a rappelé que Felis catus a probablement été domestiqué il y a environ 10 000 ans dans le berceau des grandes civilisations du Proche-Orient ancien, ce qui, d’un point de vue strictement scientifique, rend cette espèces étrangères à l’Europe.

L’institut a également souligné que la seule recommandation qu’il fait est que les propriétaires de chats limitent le temps que leurs animaux passent à l’extérieur pendant la saison de nidification des oiseaux. (TASR)

Gaspard Pettigrew

"Lecteur. Fanatique de la cuisine professionnelle. Écrivain. Gourou d'Internet. Amateur de bière d'une humilité exaspérante. Fan de café sans vergogne."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.