Le démographe Bleha à propos du paquet Matovič : Je me bats pour la politique de population depuis 20 ans et soudain je suis aussi un ennemi des familles ? – Personnes – Économie

Selon Branislav Bleh, professeur de démographie à la Faculté des sciences de l’Université Comenius de Bratislava, il ne vaut peut-être pas la peine d’injecter beaucoup d’argent dans la politique pro-famille. « La flexibilité est au cœur de la réussite des mesures de régulation des naissances. Pouvoir concilier vie familiale et vie professionnelle est crucial, en plus des aides directes et des primes. En Slovaquie, cependant, en attendant, nous organisons un concours pour placer un enfant en jardin d’enfants si vous le pouvez », dit-il dans une interview à la Pravda.



Photo:

Professeur de démographie à la Faculté des sciences, Université Charles




Hier, le président a renvoyé au parlement la loi la plus controversée de ces dernières semaines, concernant le soi-disant paquet pro-famille. C’est une proposition de l’atelier d’Igor Matovič, soutenu par une partie de la coalition et de l’opposition, qui voulait distribuer plus d’un milliard d’euros aux familles avec enfants à charge. Ils le voteront à nouveau au Conseil national. Si le veto du président est brisé par la majorité constitutionnelle, elle a annoncé qu’elle transférerait le dossier à la Cour constitutionnelle.

Le paquet a été largement critiqué non seulement par les politiciens, mais aussi par les économistes, les représentants des gouvernements locaux, les entreprises et les personnes âgées. La raison en était à la fois le manque d’adresse de la proposition, mais aussi la manière expressément rapide dont elle est passée de la table de Matovič au palais présidentiel.

Čaputova Lire la suite Čaputová renvoie le paquet de Matovič au parlement et est prêt à aller en justice

« Je ne suis pas d’accord avec la proposition telle qu’elle est présentée. De cette façon, je deviens un autre ennemi des familles, même si je communique depuis 20 ans sur la nécessité d’une politique démographique dans des conférences et dans les médias », dit-il. Il affirme que , d’une part, il n’est pas d’accord avec la forme dans laquelle il a été adopté, mais, en plus, il n’atteint même pas les objectifs démographiques promis.

« Mais dans certains endroits, il a été présenté que les maternités ne seraient pas poursuivies en Slovaquie à partir de demain. Mais même d’un point de vue démographique, c’est quelque chose qui coûte extrêmement cher quand on parle des effets sur l’augmentation du taux de natalité. Aider les familles en tant que problème social est une chose, mais le niveau de pronatalité en est une autre », souligne Bleha.

Découvrez la première partie de l’interview :

L’expert confirme que la crise démographique est un problème auquel la Slovaquie doit faire face et qu’il faut résoudre. En 2060, un habitant sur trois de la Slovaquie devrait avoir au moins 65 ans.

Selon Bleh, il existe un certain nombre de propositions et de mesures qui pourraient remédier plus efficacement à la situation, et nous pouvons également nous en inspirer à l’étranger. « Dans le cas de la natalité, la France ou les pays scandinaves, mais aussi l’Estonie, sont cités en exemples positifs. En revanche, la Corée du Sud a commencé à injecter beaucoup d’argent dans la politique familiale, et d’ici 2021 le nombre d’enfants nés d’un femme n’était que de 0,8. C’est une valeur étonnamment basse », dit-il.

Si l’État veut soutenir le taux de natalité et motiver les gens à choisir d’avoir plus d’enfants, la base doit être la flexibilité, le choix et de meilleures conditions pour les mères qui veulent travailler, souligne-t-il. « Quelqu’un veut être avec l’enfant en congé parental plus longtemps, quelqu’un plus court. Pouvoir concilier vie familiale et vie professionnelle est la clé en plus du soutien direct et des primes », dit-il.

Prof. RNDr. Branislav Bléha, doctorat. compte plus de 50 publications dans le domaine de la démographie. Il travaille comme professeur au Département de géographie économique et sociale et démographie, Faculté des sciences, Université Charles, et depuis 2006, il dirige le Département de démographie et démogéographie. Depuis 2011, il est également vice-doyen pour le développement de la faculté et des technologies de l’information et responsable de la section géographique de la Faculté des sciences.

Vous retrouverez l’intégralité de l’interview prochainement dans le Journal de la Pravda et sur notre site internet.

Léopold Moulin

"Analyste de longue date. Passionné de cuisine subtilement charmant. Introverti. Accro aux médias sociaux. Lecteur. Pionnier général de la télévision. Étudiant. Future idole des adolescents."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.