Le fameux revirement des Français : Ils perdaient encore 66 secondes avant la fin

Les joueurs de hockey français ont remporté le match de mercredi du groupe A « slovaque » de la Coupe du monde contre l’Italie seulement 2 à 1 après prolongation et ont remporté leur deuxième victoire dans le tournoi.

Ils perdaient dès la 15e minute, quand Luca Frigo l’a emporté dans sa propre faiblesse. Ils n’ont réussi à égaliser qu’à 66 secondes de la fin dans un match sans gardien, et à la 2e minute de la prolongation, Hugo Gallet a pris la décision.

Les Français ont désormais deux journées libres et un duel avec le Danemark les attend le samedi 21 mai à 11h20 CET. Les Italiens débuteront un jour plus tôt à 15h20 contre l’Allemagne.

Un groupe (Helsinki):

France – Italie 2:1 pp (0:1, 0:0, 1:0 – 1:0)

Buts: 59. Treille (Fleury), 62. Gallet (T. Bozon) – 15. Frigo. Arbitres : Heikkinen (Fin.), Ohlund (Suède) – Niittyla (Fin.), Yletyinen (Suède), expulsions : 5:3 pendant 2 minutes, avantage numérique : 0:0, faiblesses : 0:1, 1543 spectateurs.

France: Buysse – Auvitu, Gallet, Chakiachvili, Llorca, Crinon, Thiry, Bault – Treille, Fleury, T. Bozon – Perret, Bertrand, Claireaux – Rech, Texier, Boudon – Leclerc, Ritz, K. Bozon – Fabre

Italie: Bernard – di Perna, Trivellato, Pietroniro, Miglioranzi, Gios, Glira, Spornberger – Petan, Hannoun, Frigo – S. Kostner, D. Kostner, Sanna – McNally, Mantenuto, Frank – Deluca, Traversa, Insam – Mantinger


Après une entame prudente, les Italiens sont les premiers sous pression et à la 5e minute, Hannoun s’apprête à attaquer Buysse, mais l’un des défenseurs français revient au dernier moment. Après cela, les deux équipes ont joué des supériorités numériques, mais aucune des deux équipes n’a eu beaucoup de succès. Les Français ont eu le troisième du match, il s’est avéré encore pire que leur précédent. À la 15e minute, Frigo a pris la rondelle de Chakiachvili dans sa propre zone et a converti une attaque distincte lorsqu’il a glissé la rondelle derrière le béton gauche de Buysse – 0:1. Après une nouvelle erreur française, Petan aurait pu augmenter.

Les joueurs du « Coq galicien » ont ajouté après le changement de côté, les Italiens ont menacé de pauses et ont été proches d’un but à deux reprises, Mantinger et Kostner ont manqué un peu. Les Français pressés, avaient beaucoup plus de tirs, mais n’entraient que sporadiquement dans le filet. Auvita n’en a pas converti un à la 36e minute, et Rech n’a pas non plus battu Bernard.

L’assaut français en début de troisième période n’a pas eu lieu, au contraire, Texier et Gallet sont allés au penalty et les Italiens ont gagné plus de temps. Les Français ont mélangé la formation, ne jouant que sur trois lignes, mais même alors, ils n’ont pas été en mesure de développer une pression plus continue. Au final, ils ont essayé sans gardien et ont réussi à égaliser à 66 secondes de la fin. Le tir d’Auvitua a coulé entre la Treille en béton de Bernard – 1:1. Les Italiens ont joué avec six joueurs sur la glace dans les dernières secondes, mais les arbitres ne l’ont pas remarqué. La prolongation n’a duré que 64 secondes, T. Bozon a récupéré la rondelle derrière le but, l’a envoyée devant, là où Gallet était prêt.

Irène Belrose

« Fanatique de musique. Penseur maléfique. Accro au café. Spécialiste du voyage. Créateur. Praticien de l’Internet.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.