Le manque de précipitations en France menace la récolte de blé

La France est le premier producteur de céréales de l’Union européenne à 27 et le quatrième ou le cinquième exportateur mondial de blé. Sa production annuelle affecte les prix mondiaux, qui sont déjà à des niveaux record pour la guerre en Ukraine.

L’agriculteur français Robin Lachaux s’inquiète pour son blé. En temps normal, il pousserait en mai grâce aux pluies printanières régulières, mais cette année, le temps chaud et sec menace de ralentir son développement.

« Si nous ne l’arrosons pas, nous perdrons 50% de la production », explique à l’AFP un jeune agriculteur d’un village du centre de la France. « Normalement, nous n’arrosons pas à cette période de l’année, mais les périodes de sécheresse arrivent de plus en plus tôt », a-t-il ajouté en positionnant les tuyaux sous pression et le matériel d’irrigation.

La France est une puissance agricole européenne, le plus grand producteur de céréales de l’Union européenne (UE) à 27 et le quatrième ou le cinquième exportateur mondial de blé. Sa production annuelle affecte les prix mondiaux, qui sont déjà à des niveaux record pour la guerre en Ukraine. Cela fait craindre une crise mondiale de la faim.

Outre le blé, d’autres cultures semées en hiver, comme l’orge, sont également à un stade clé de développement en mai, tandis que les productions de maïs et de tournesol peuvent également être affectées en été.

« Il n’y a pas de région qui n’ait été touchée », a déclaré à l’AFP Christiane Lambert, responsable du syndicat des agriculteurs français FNSEA. « Chaque jour, nous voyons le sol se fissurer de plus en plus », a-t-elle ajouté.

Le service météorologique national français a déclaré que le pays était confronté à des conditions météorologiques « remarquables par son calendrier, sa durée et sa répartition géographique », avec une baisse de 20% des précipitations entre septembre 2021 et avril 2022.

Les prix mondiaux des denrées alimentaires ont atteint un niveau record en mars après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui représentait 20 % des exportations mondiales de blé et de maïs au cours des trois dernières années, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Cependant, la Russie a bloqué les ports ukrainiens, arrêtant les exportations par voie maritime. La société française d’analyse de données Kayrrosa a récemment calculé que la superficie plantée en blé en Ukraine a diminué d’un tiers cette année à cause du conflit, selon des images satellites.

Les ONG et l’ONU ont averti que la famine, voire la famine, pourrait frapper les pays vulnérables d’Afrique et du Moyen-Orient dépendants des importations.

Alors que les principaux États producteurs de blé tels que le Kansas et l’Oklahoma souffrent également de la sécheresse aux États-Unis, la perspective d’une mauvaise récolte en France en 2022 est particulièrement mauvaise.

Les prix actuels du blé en Europe atteignent un record de 400 euros la tonne, ce qui représente une forte augmentation par rapport au niveau déjà élevé d’environ 260 euros la tonne au début de l’année avant l’invasion russe de l’Ukraine. Les prix élevés devraient encourager davantage de plantations aux États-Unis. Selon la FAO, des rendements plus élevés au Canada et en Russie, ainsi qu’au Pakistan et en Inde, pourraient aider à compenser une récolte inférieure à la moyenne en Europe occidentale.

Une pénurie à court terme causée par la fin soudaine des approvisionnements ukrainiens, ainsi que certains agriculteurs attendant de vendre leurs produits en raison de la perspective de prix plus élevés à l’avenir, ont contribué en partie à la récente hausse des prix.

Alors que les commerçants et les agriculteurs surveillent les prévisions météorologiques et élaborent des stratégies commerciales, les groupes d’aide préviennent que des communautés entières sont déjà menacées dans certaines des zones les plus vulnérables du monde, dépensant plus de trois fois ce qu’elles payaient auparavant pour se nourrir.

Une sécheresse prolongée en France pourrait l’aggraver. « Cela aggraverait la faim, la pauvreté et l’endettement des familles à faible revenu en Afrique, en Asie et en Amérique latine, aggravant considérablement leur situation déjà désespérée », a déclaré Teresa Anderson de l’association caritative britannique ActionAid.

Gaspard Pettigrew

"Lecteur. Fanatique de la cuisine professionnelle. Écrivain. Gourou d'Internet. Amateur de bière d'une humilité exaspérante. Fan de café sans vergogne."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.