Le Parlement européen envisage d’inclure l’énergie nucléaire parmi les énergies renouvelables. Cela signifierait arrêter les prix de l’électricité

STRASBOURG / La prochaine présidence française de l’Union peut apporter un soutien significatif à la Slovaquie. En cause, l’attitude de la France vis-à-vis du nucléaire, qu’elle souhaite intégrer dans les énergies vertes et renouvelables. La Slovaquie produit environ 55 % de son électricité à partir de l’énergie nucléaire, ce qui signifie que la croissance des prix de l’électricité dans notre pays pourrait également s’arrêter à l’avenir.

Le président français Emmanuel Macron est venu au Parlement européen pour présenter en personne les priorités. C’est une bonne nouvelle pour la Slovaquie. « La France promeut aujourd’hui des sujets similaires, qui sont aussi une priorité pour la République slovaque », a déclaré le député européen Peter Pollak.

L’inclusion du cœur parmi les énergies vertes est particulièrement contestée par les écologistes, mais pas la plupart. Et donc on fait valoir que cela peut ne pas être permanent.

« Pendant un temps limité, les technologies nucléaires et liées au gaz peuvent également nous aider dans ce domaine. » a déclaré le député européen Vladimir Bilchik.

« Contrairement aux technologies conventionnelles, véritablement vertes, le noyau a un problème avec les déchets radioactifs. Il n’est pas durable et à cet égard, la technologie ne peut pas être perçue comme verte », a déclaré le député européen Michal Wiezik.

En revanche, la décision de la présidence française peut stabiliser la hausse rapide des prix de l’électricité. « Si la Commission européenne devait identifier, par exemple, l’énergie nucléaire ou le gaz comme des sources d’énergie non durables, l’intérêt des grands investisseurs pour ces sources cesserait », a déclaré le député européen Robert Hajšel.

« Il est très important que nous maintenions des emplois dans toute l’UE dans cette transformation verte », déclaré par Ivan Štefanec, député européen.

Au Parlement européen, on essaie de se mettre d’accord sur le fait que les centrales nucléaires existantes ne seront pas fermées, mais que de nouvelles ne seront pas construites. « Personne ne fait pression pour que nos centrales nucléaires soient fermées demain. La sécurité doit passer avant tout », dit Hojsík.

« Des technologies se développent également en Slovaquie, qui contribuent à cette sécurité, notamment en matière de stockage des déchets », a déclaré la députée européenne Miriam Lexmann.

Même dans le cas des investissements, cependant, nous commençons à rattraper le rocher que nous poussons devant nous depuis le début de la pandémie. La dette a bondi. « Nous devons réfléchir aux mesures à prendre pour rendre les finances publiques soutenables. Maintenant, la crise coronarienne nous a frappés jusqu’à 120% », a ajouté le député européen Eugen Jurzyca.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.