Le pétrole, le gaz et le charbon ne suffisent pas, l’embargo sur l’uranium

L’Union européenne et l’OTAN tentent de se débarrasser de la dépendance vis-à-vis du pétrole, du gaz et du charbon russes, mais elles oublient une autre matière première, à savoir l’uranium, qui est largement exporté de la Russie vers les pays de l’Union et les États-Unis, le écrit quotidiennement. Aujourd’hui.

Dépendance à l’uranium russe

La Russie représente 20 % des livraisons vers l’Union européenne, ainsi que les États-Unis. 20 % supplémentaires sont fournis par le Kazakhstan.

La dépendance à l’égard du métal russe est également plus élevée parce que les parts des mines d’uranium aux États-Unis, au Canada et au Kazakhstan sont détenues par des sociétés d’État russes. On estime qu’un tiers du commerce mondial d’uranium enrichi provient d’entreprises et de mines liées à la Russie, rapporte aujourd’hui iDnes.

Malgré le fait que la guerre en Ukraine dure depuis plus de deux mois, les attitudes à l’égard de l’uranium en Europe n’ont que récemment commencé à changer. L’embargo sur ce métal, réclamé notamment par la Pologne et les pays baltes, est déjà fortement soutenu par l’Allemagne. « Berlin, par l’intermédiaire de son ambassadeur auprès de l’Union européenne, a annoncé la nouvelle position du gouvernement allemand : en plus des sanctions contre le pétrole russe, il soutient également une interdiction des importations d’uranium russe », ont déclaré des sources de la diplomatie allemande au Politico, basé à Bruxelles. serveur.

La France va souffrir

L’Allemagne ne souffrira pas beaucoup de sa décision. Il a trois réacteurs nucléaires actifs, mais ils prévoient de les fermer en passant aux énergies renouvelables. Une situation pire se produira en France, dont l’approche du noyau est complètement opposée.

Le président français Emmanuel Macron a récemment annoncé que l’État suivra la voie de la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, et d’ici 2050, 14 autres réacteurs nucléaires devraient se développer dans le pays du coq gaulois.

« Macron décrit ses plans comme une renaissance atomique pour aider à réduire les émissions de carbone provenant de la combustion de sources non renouvelables, tout en ne soutenant pas seulement la recherche scientifique et l’innovation dans ce domaine, le tout sous la forme d’un soutien financier et d’investissements massifs », a déclaré iDnes.

La Slovaquie cherche ses propres ressources

Des sanctions sur l’uranium seraient plus douloureuses pour la France car la société énergétique semi-étatique EDF a l’habitude de travailler avec le russe Rosatom sur des projets.

La Slovaquie est également à la recherche de ses propres ressources en uranium. Il pourrait être exploité dans deux importants gisements de l’est du pays, mais les habitants des communes locales ne sont pas d’accord avec cela. Même s’il y a correspondance, l’exploitation minière pourrait commencer dans quelques années.

L’American Westinghouse est une alternative pour l’Europe, mais les experts doutent qu’il soit possible de remplacer suffisamment une grande quantité de matière première.

Une autre complication est le placement des dépôts océaniques. Aux États-Unis, ils sont situés dans des zones paysagères protégées et des territoires amérindiens.

Ne le manquez pas

L’Union européenne adoptera un sixième paquet de sanctions contre la Russie lors de la réunion des chefs de diplomatie

Olivie Bourdillon

"Introverti. Érudit des médias sociaux. Nerd du bacon. Gourou de Twitter. Défenseur de l'alimentation totale. Passionné de culture pop professionnelle. Amateur d'alcool."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.