Le Service des Arythmies et Pacemakers dispose de nouveaux locaux et de nouvelles technologies

Bratislava, 14 février (TASR) – À l’Institut national des maladies cardiovasculaires (NÚSCH) de Bratislava, de nouveaux locaux pour le département des arythmies et de la stimulation cardiaque ont été mis en service. Le département porte ainsi sa capacité à 19 lits, y compris les soins intermédiaires. Il y a aussi trois nouveaux opérationnels, soi-disant. salles d’intervention pour le diagnostic et le traitement du rythme cardiaque, ainsi qu’avec une capacité plus élevée qu’auparavant.

« Nous avons créé des conditions qualitativement différentes. C’est la première fois que les halls ont été conçus pour nos besoins spécifiques. Jusqu’à présent, nous avons toujours modifié quelque chose qui était à l’origine fait à d’autres fins. » a souligné le chef du département Robert Hatal. Il a également rappelé qu’ils sont l’un des rares lieux de travail en Europe et dans le monde où le traitement des arythmies de la naissance ou de la période prénatale aux seniors est sous un même toit. Certaines technologies spéciales seront utilisées en conjonction avec un centre de cardio pour enfants.

Sur la photo, le principal département des arythmies et des stimulateurs cardiaques, MUDr. Robert Hatala lors de la mise en service des nouveaux locaux du Département des arythmies et de la stimulation cardiaque à l’Institut national des maladies cardiovasculaires (NÚSCH) à Bratislava le 14 février 2022.
Photo: TASR – Dano Veselský

Selon le chef de service, tout le monde peut imaginer ce qu’est un infarctus du myocarde, moins ce que sont les arythmies cardiaques, c’est-à-dire les troubles de l’activité électrique du cœur. « Notre cœur est conçu pour avoir besoin d’impulsions électriques régulières pour son fonctionnement. Au moment où celles-ci s’arrêtent, le cœur meurt et nous avec lui. » approche Hatala.

Le cœur est équipé de divers mécanismes pour éviter un tel silence électrique. Le deuxième problème médical est lorsque ces impulsions électriques sont trop lentes ou irrégulières. Deux méthodes sont utilisées pour les résoudre. L’un d’eux est ce qu’on appelle l’ablation par cathéter. Ce sont des opérations cardiaques sur un thorax fermé en insérant des sondes dans le cœur et en détectant des signaux électriques. L’une des technologies utilisées est capable de reconstruire la surface du cœur dans une image tridimensionnelle et d’identifier l’endroit qui provoque l’arythmie, et par la suite il est possible d’éliminer cette arythmie cardiaque. Une autre solution est l’implantation permanente de dispositifs sous la clavicule et la communication ultérieure avec le cœur par des électrodes. De cette manière, la fréquence cardiaque du patient est surveillée et, en cas d’anomalie ou de situation potentiellement menaçante, il est en mesure de réagir de manière adéquate, par exemple en délivrant des impulsions.

Lorsqu’on lui a demandé si une nouvelle pandémie de coronavirus modifiait l’incidence des arythmies cardiaques, le primaire a répondu non. « Ils sont très courants même sans pandémie. Le principal » moteur « pourquoi il y en a tant est notre mode de vie, en particulier l’hypertension artérielle et l’obésité. » souligné.

Photo de la mise en service des nouveaux locaux du Département des arythmies et de la stimulation cardiaque à l’Institut national des maladies cardiovasculaires (NÚSCH) à Bratislava le 14 février 2022.
Photo: TASR – Dano Veselský


« Nous attendons avec impatience de pouvoir en faire plus, réduisant ainsi le temps d’attente pour ces performances. » a déclaré Mongi Msolly, PDG et président du conseil d’administration de NÚSCH, lors de l’ouverture des locaux lundi.

Bien que toutes les opérations aiguës aient jusqu’à présent été effectuées sans attente, dans d’autres cas, le temps d’attente était « déplaire » et cela peut aller jusqu’à un an. Cependant, un cofinancement par les compagnies d’assurance maladie et une augmentation de la capacité du personnel, en particulier pour les infirmières, seront également nécessaires. Afin d’augmenter le nombre de personnel médical, le NÚSCH négocie avec les facultés de médecine ; dans le cas des infirmières, les renforts de l’étranger ne sont pas « qualifié et érudit ».

Dans les nouveaux locaux, par exemple, le service d’insuffisance cardiaque et de transplantation fonctionne depuis longtemps, et le service ambulatoire est également fonctionnel.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.