Les attaques avec des aiguilles d’injection sur les femmes se répandent également en Espagne – Monde – Actualités

Des attaques à l’aiguille contre des femmes dans des boîtes de nuit, qui ont été signalées en France, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas et dans d’autres pays européens ces derniers mois, se produisent également en Espagne. Les autorités locales ont annoncé aujourd’hui qu’elles enregistraient 50 de ces cas, a écrit l’agence AP. La police recherche les auteurs, mais ne connaît pas encore leur identité ni leurs motivations.

Environ la moitié des cas se trouvent en Catalogne. Les autorités locales appellent les femmes qui ont été la cible d’une telle attaque à être escortées à l’hôpital, où elles seront examinées de fond en comble et laissées en observation. Dix autres cas sont enregistrés au Pays basque. Dans d’autres régions espagnoles, l’incidence est nettement inférieure.

Les politiciens ont appelé les femmes à signaler les incidents d’attaques par piqûre d’aiguille. « Nous devons en savoir plus sur ce phénomène afin de mieux le combattre », a déclaré la ministre de la Justice, Pilar Llopová. Selon elle, à cause des attentats, les femmes se sentent chassées des lieux de divertissement nocturne. Le ministre a également rappelé que les injections peuvent être considérées comme des lésions corporelles avec comme circonstance aggravante la discrimination fondée sur le sexe.

Lire la suite La Grande-Bretagne résout des dizaines de cas de droguer des jeunes dans des bars

La police enquête sur les cas, mais jusqu’à présent sans grand succès. Les enquêteurs ne connaissent pas l’identité des auteurs présumés ni leurs motivations. L’attaque au couteau n’a pas été suivie de violences sexuelles ou de vol. La police a découvert que la drogue n’avait également été injectée qu’une seule fois dans le corps de la femme agressée. Cela s’est produit dans le cas d’une jeune fille de treize ans qui a reçu une dose d’ecstasy liquide. Mais les parents de la fille agressée l’ont immédiatement emmenée à l’hôpital. Cependant, la police pense que dans certains cas, les auteurs peuvent provenir de la France voisine, où ils ont déjà enregistré 400 cas similaires.

Napoleon Favre

"Lecteur. Voyageur évangéliste. Internetaholic indépendant. Fier spécialiste du Web. Passionné de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.