Les élections législatives françaises sont une double surprise. Macron perd sa majorité et l’extrême droite atteint des records historiques

Depuis vingt ans, les Français élisent le parlement juste après le président. Cela garantit essentiellement que les sentiments politiques dans la société sont à peu près les mêmes, et le parti de celui qui remportera l’élection présidentielle remportera également l’élection parlementaire. Et il obtiendra la plupart des sièges.

Avec le soutien majoritaire de l’Assemblée nationale, le président peut alors être gouverné assez facilement. Cependant, Emmanuel Macron ne se sentira pas bien maintenant.

Il y a moins de deux mois, il a battu la candidate d’extrême droite Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, et bien que sa coalition centriste Spolu ait remporté les élections à l’Assemblée nationale de dimanche, elle était loin d’avoir la majorité.

Selon la porte-parole du gouvernement Macron, Olivia Grégoire, « c’est une première place décevante, mais c’est quand même la première place ».

Le premier lieu à partir duquel, sans la coopération des autres partis, les propositions que Macron a promises avant l’élection présidentielle ne pourront pas être mises en œuvre. Et en plus de cela, l’Association nationale d’extrême droite de Le Pen s’est également historiquement développée.

Un cas presque inédit

Lorsque Macron a remporté son premier mandat présidentiel en 2017, l’alliance dirigée par sa République En avant ! parti a remporté 350 des 577 sièges aux élections législatives.

Lorsque François Hollande est devenu président cinq ans plus tôt, son Parti socialiste a également obtenu la majorité absolue au parlement avec 300 sièges.

Cet article est un contenu exclusif pour les abonnés Denník N.

Êtes-vous abonné?

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.