Les gelées tardives en France menacent les vignobles

Les fruiticulteurs et viticulteurs français ont dû allumer des feux dans leurs vignes et leurs vergers pour protéger les arbres et le vignoble des dommages aux cultures. Les gelées tardives ont prévalu.

Les vignerons français allument des feux dans leurs vignes le matin pour dégeler leurs vignes. Ils le protègent des gelées tardives après des hivers relativement chauds et des fluctuations de température.

Des bourgeons recouverts de glace sont apparus sur les pentes autour de Chablis lorsque la région Bourgogne s’est réveillée à -5°C lundi.

Les arboriculteurs craignent que le gel ne tue un grand nombre de bourgeons précoces, qui sont apparus dès le mois de mars, lorsque les températures sont montées au-dessus de +20°C, perturbant toute la saison de croissance.

Le gel tardif de cette année est dévastateur en ce sens qu’il est apparu pour la deuxième année consécutive. L’an dernier, les vignerons ont perdu une partie de leur récolte.

Certains vignerons ont essayé de chauffer le vignoble avec un chauffage électrique, aspergé d’eau des bougies ou des bourgeons pour les protéger du gel. L’eau forme une fine couche de glace, ce qui garantit que la température de la fleur reste autour de zéro, mais ne descend pas beaucoup plus bas.

Au prix de 10 euros pour une bougie à la paraffine, il faut 600 bougies par hectare, mais ils doivent reconsidérer quelle partie et combien de vignes ils protégeront ainsi. Alternativement, ils combinent des bougies et un jet d’eau.

Des chercheurs du groupe World Weather Attribution ont étudié les effets du gel en 2021 sur les régions riches en vignobles de la Champagne, de la Loire et de la Bourgogne et ont constaté que la chaleur de mars leur était particulièrement préjudiciable.

Les gelées tardives ont surpris et mis en danger les cultures dans d’autres parties du sud de l’Europe, comme l’Italie et la Suisse.

Les chercheurs ont conclu que le réchauffement causé par les émissions d’origine humaine a forcé les plantes à chasser les rondelles trop tôt, avant qu’une vague de froid arctique n’atteigne l’Europe en avril.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.