Les ministres des Finances ne sont pas d’accord sur l’impôt minimum international, ils essaieront dans trois semaines – euractiv.sk

Malgré le fait que tous les pays membres ont signé un accord sur l’impôt minimum international, les ministres des finances ont convenu à l’unanimité de sa mise en œuvre. L’accord fera également l’objet de leur réunion d’avril.

L’impôt minimum international est l’un des deux piliers d’un important accord fiscal international conclu par plus de 130 pays en octobre dernier pour mettre fin à la concurrence fiscale internationale.

Comme tous les États membres se sont prononcés en faveur de l’accord, la Commission a présenté une proposition de directive visant à introduire un impôt minimum uniforme dans toute l’Union. Sa mise en œuvre est l’une des priorités de la Présidence française du Conseil des ministres, qui se déroulera jusqu’à fin juin 2022.

Certains États ont exercé le droit de veto

Malgré les efforts de la France pour trouver un compromis, les gouvernements suédois, polonais, maltais et estonien sont préoccupés par la directive et ont refusé de la soutenir. Cependant, la ministre estonienne Keit Pentus-Rosimannus a déclaré qu' »elle s’attend à un accord dans un avenir proche ».

Le ministre suédois des Finances, Mikael Damberg, a déclaré qu' »il est trop tôt pour se mettre d’accord sur une approche générale de la directive », affirmant que tous les détails techniques n’ont pas encore été résolus.

Pour que les questions fiscales deviennent une législation valable de l’Union, elles ont besoin du soutien unanime de tous les États membres. Cependant, le droit de veto de chaque gouvernement rend difficile le travail du ministre français des Finances, Bruno Le Maire, qui a présidé la réunion.

Légèrement frustré par le ministre des Finances, il a rappelé que tous les pays membres se sont mis d’accord sur une convention fiscale internationale et que la directive qu’ils ont sur la table n’est rien d’autre que sa mise en œuvre.

La France a proposé un compromis

Pour parvenir à un compromis, les Français ont proposé de reporter d’un an la mise en œuvre de la directive, laissant la mise en œuvre volontaire de certaines parties de l’impôt minimum international aux États membres qui ne comptent que quelques entreprises qui seraient concernées par la directive.

Plusieurs ministres, ainsi que le commissaire à l’Economie Paolo Gentiloni, responsable de la directive à la Commission, ont critiqué la modification du texte original de l’accord, mais ont tout de même soutenu le texte « dans un esprit de compression ».

Un compromis n’a pas suffi aux quatre ministres des Finances. La secrétaire d’État polonaise Magdalena Rzeczkowska a appelé à un lien juridiquement contraignant plus fort entre l’impôt minimum international et le deuxième pilier de l’accord fiscal international.

Il est censé répartir une partie des impôts des entreprises très rentables, comme Apple ou Facebook, là où elles génèrent du chiffre d’affaires et non là où elles sont basées. Comme les détails de l’accord sont encore en cours d’affinement et doivent déboucher sur une convention internationale, Le Maire et la Commission soutiennent qu’il n’est pas possible d’établir un lien juridiquement contraignant entre les deux piliers dans une directive de l’Union.

La prochaine tentative d’accord aura lieu dans trois semaines

« Nous travaillons sur des formulations, rien n’est insurmontable », a-t-il déclaré, ajoutant que depuis qu’il travaillait sur la question depuis cinq ans, il avait « appris la patience ».

« Peu importe si cela dure trois semaines de plus », a-t-il déclaré, ajoutant que les ministres parviendraient à un accord final lors de leur réunion d’avril.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.