Les pourparlers entre la ville et VDL n’avancent pas

Une rencontre personnelle entre la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, n’a pas permis de faire des progrès indispensables dans l’élaboration d’un plan visant à interdire les importations de pétrole russe dans l’Union européenne. . Au-dessus de la ligne d’arrivée.

Le principal point de discorde est un calendrier ambitieux Présenté par la Commission: Tout le pétrole russe et tous les produits pétroliers raffinés seront éliminés dans les six mois.

Les pourparlers, qui ont débuté mercredi dernier, se poursuivent pour le septième jour.

Quant à la Hongrie, un pays qui est physiquement connecté au gazoduc Trushpa exploité par la Russie, le passage à d’autres fournisseurs en si peu de temps entraînerait une catastrophe économique.

« Nous ne pouvons pas permettre au peuple hongrois de payer le prix de cette guerre », a déclaré le ministre hongrois des Affaires étrangères. Pierre Sizzardo Il a déclaré aux médias locaux après une rencontre des deux dirigeants à Budapest.

« L’approvisionnement énergétique en Hongrie est actuellement solide [ground]. Cependant, la mise en œuvre du paquet d’embargo actuel détruira la sécurité énergétique de la Hongrie : il n’est pas possible d’obtenir le pétrole nécessaire pour soutenir l’économie hongroise.

Sizzardo a déclaré que les pourparlers avaient apporté « quelques améliorations » et aideraient à expliquer les circonstances spécifiques et les préoccupations économiques du pays.

« La discussion de ce soir avec le Premier ministre Victor Orban a permis de clarifier les questions liées aux sanctions et à la sécurité énergétique », a écrit Van der Leyen sur Twitter lundi soir.

« Nous avons fait des progrès, mais il reste encore beaucoup à faire, je convoquerai une réunion avec des vétérans régionaux pour renforcer la coopération régionale dans les infrastructures pétrolières.

La vidéoconférence devait initialement avoir lieu mardi matin avec le président Van der Leyen, le Premier ministre Orbán et le président français Emmanuel Macron.

Un porte-parole de la commission a déclaré que l’appel avait été reporté à mardi après-midi et aurait lieu dès que des progrès seraient réalisés au niveau « technique ».

Le porte-parole a expliqué que les discussions portaient désormais sur les infrastructures de transport du pétrole, les infrastructures de raffinage du pétrole et la transformation du système énergétique, plutôt que sur diverses dates.

Les rapports de la semaine dernière indiquaient que la Hongrie pourrait être autorisée à terminer d’ici décembre 2024, mais Orbán a déclaré que la restructuration du système énergétique prendrait quatre à cinq ans car son pays ne pouvait pas importer de pétrole marin.

Puis le premier ministre Par rapport Le plan de Van der Leyen pour une « bombe nucléaire » économique.

Bien que la Hongrie critique le plus la proposition de la Commission, elle n’est pas le seul État membre suspect : la Slovaquie, la République tchèque et la Bulgarie. Ils exigent des offres similaires Servir les intérêts nationaux et prévenir l’effondrement économique.

La Slovaquie, qui est reliée à l’oléoduc Druzhba, demande une dérogation de trois ans pour moderniser la technologie de sa seule raffinerie Slovnaft, qui fonctionne aujourd’hui exclusivement avec du pétrole russe, a déclaré le porte-parole slovaque Euronews.

Le gouvernement estime que la conversion du système au pétrole plus léger prendra quatre à six ans et un investissement de 250 millions d’euros.

La République tchèque négocie sa prolongation jusqu’en juin 2024, date à laquelle il sera raccordé au gazoduc transalpin.

Les sanctions de l’UE nécessitent le consentement unanime des 27 États membres. Cela signifie qu’un groupe de quatre peut garder une décision commune s’ils ressentent le besoin de protéger leur sculpture.

« Je pense que nous pouvons parvenir à un accord d’ici une semaine et nous y travaillons dur. Cela prendra plusieurs jours », a déclaré mardi le ministre français des Affaires européennes Clément Péon.

« Il faut agir vite, je le dis avec certitude : il y aura un sixième train de sanctions européennes qui sera très fort, et nous nous retirerons progressivement du pétrole russe. »

L’embargo paneuropéen proposé sur le pétrole russe en réponse à la guerre en Ukraine est considéré comme une mesure de suivi très sérieuse.

Depuis le début de l’invasion le 24 février, les 27 États membres ont dépensé environ 24 milliards d’euros pour le pétrole russe. Outil de suivi Centre de recherche sur l’énergie et l’air pur (CREA), créé par un organisme de recherche indépendant.

Cet article a été mis à jour pour inclure de nouveaux développements et réponses.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.