L’Europe perd un de ses piliers. Le président italien va dissoudre le gouvernement

Le Premier ministre du troisième État le plus développé économiquement de l’Union européenne ne gouvernera pas. Comme nous vous en avons informé jeudi 14 juillet, le Premier ministre italien Mario Draghi a décidé de démissionner. Il l’a fait après que l’une des entités de la coalition en Italie, le Mouvement cinq étoiles, ait refusé de soutenir le gouvernement lors d’un vote de confiance.

Cependant, le président Mattarella n’a pas accepté la démission et a demandé au Premier ministre d’essayer de renverser la situation au parlement.

Actuellement, cependant, Draghi a de nouveau décidé de présenter sa démission. Bien qu’il ait réussi le vote de confiance au Sénat mercredi 20 juillet, comme le rapporte l’agence TASR, la réunion du gouvernement sur ce sujet a été boycottée par trois partis clés de la coalition. Draghi a ensuite interrompu la séance des députés aujourd’hui.

Selon Draghi, sa dernière tentative pour relancer la coalition a échoué, et il ne voit donc plus de moyen de continuer à gouverner. Président Mattarella sa décision « a pris note ». Cependant, il a demandé au gouvernement de rester au pouvoir.

Selon Draghi, ses partenaires voulaient renverser son agenda

Comme il l’affirme Financial Times, l’ancien Premier ministre italien a déjà accusé certains membres de sa coalition d’essayer de renverser son programme de réforme. Il a alors demandé à ses collègues un regain de confiance. La Ligue du Nord, Forza Italia et le Mouvement cinq étoiles susmentionné ne l’ont pas fait.

La coalition gouvernementale en Italie a été formée l’année dernière. Son objectif était de résoudre les réformes impopulaires et les problèmes européens pendant la crise économique aiguë actuelle.

Selon le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio, la chute du gouvernement est «le côté noir » dans l’histoire de l’Italie. « Nous avons joué avec l’avenir des Italiens. Les conséquences de ce choix tragique resteront dans l’histoire. » a écrit Di Maio.

Le bureau du président Sergio Mattarella a déclaré jeudi dans un communiqué que Draghi resterait en charge des affaires courantes. Le président devrait actuellement dissoudre le parlement et convoquer des élections anticipées.

Comme il l’affirme CNNMattarella doit rencontrer les présidents du Parlement cet après-midi (21 juillet).

Le taux d’inflation en Italie est le plus élevé depuis 1986

Comme le rapporte le Financial Times, le taux d’inflation en Italie a atteint 8 % en juin, selon l’office statistique. C’est le plus haut niveau depuis 1986.

Les réformes de Draghi étaient conformes à l’Union européenne. Leur plan était de renforcer la concurrence économique italienne et d’accroître l’attractivité de l’État pour les investissements.

L’Italie a actuellement une dette publique élevée s’élevant à environ 150 % du PIB du pays. Les réformes de la coalition ont également porté sur la soutenabilité de cette dette.

Bon nombre des réformes prévues devaient être achevées par le gouvernement avant les élections, qui devaient avoir lieu au printemps de l’année prochaine. Cependant, le processus est susceptible d’être suspendu car les entités politiques commencent maintenant à se préparer pour des élections anticipées.

Le départ de Draghi sera également un revers pour l’Occident dans la lutte contre l’invasion russe de l’Ukraine. Actuellement, l’ancien dirigeant italien a adopté une position intransigeante envers Moscou et est devenu une personne clé dans l’imposition de sanctions contre la Fédération de Russie ou Poutine lui-même.

Berlusconi, l’ancien Premier ministre italien, entretenait en revanche d’étroites relations personnelles avec Poutine. On pourrait discuter de l’amitié entre ces deux messieurs, car ils ont passé des vacances ensemble dans le passé. L’ancien vice-président du gouvernement italien, Matteo Salvini, avait lui aussi une vision très positive du président russe.

L’inquiétude de la France

La démission de Mario Draghi du poste de Premier ministre italien inquiète également la ministre française des Affaires européennes Laurence Boone. TASR rapporte qu’il dit qu’il va maintenant commencer « période d’incertitude ». Le député français a également souligné que l’Europe perd l’un des siens « piliers ».

« Italie est sur le point d’entrer dans une période peut-être moins stable qu’avant…. Je veux rendre hommage à Mario Draghi, qui est un homme d’Etat extraordinaire et partenaire de la France. Nous avons bien travaillé ensemble. C’est un pilier de l’Europe », Boon a dit.

Sources : TASR, Financial Times, CNNTASR

Gaspard Pettigrew

"Lecteur. Fanatique de la cuisine professionnelle. Écrivain. Gourou d'Internet. Amateur de bière d'une humilité exaspérante. Fan de café sans vergogne."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.