L’histoire ressemble littéralement à un film. L’homme est resté vivre à l’aéroport de Paris pendant 18 ans fous

Les vacances d’été approchent, donc à moins que vous ne vous rendiez en Croatie en voiture, il est fort probable que vous optiez pour le transport aérien. Ce moyen de transport rapide mais totalement non écologique est également associé au stress, car il faut être à l’aéroport longtemps à l’avance.

Bien sûr, le vol depuis Bratislava est facile, mais rester coincé à Schwechat ou à Francfort peut être un véritable casse-tête, ce qui peut entraîner une attente de plusieurs heures pour le vol si vous n’avez pas de chance. Peu importe combien de temps vous avez attendu dans un aéroport, il n’y a aucun moyen de surpasser un homme du nom de Mehran Karimi Nasseri, qui a passé 18 années folles à l’aéroport de Paris.


Banni du pays

Cependant, pour comprendre sa situation, il faut selon le site de l’Histoire d’hier remonte à 1973, lorsque l’Iranien Mehran a étudié dans une université en Angleterre. À cette époque, il a également participé à une manifestation contre le Shah, ce que son gouvernement n’a pas du tout aimé. Ainsi, lorsqu’il est retourné dans son pays quatre ans plus tard, il a été officiellement expulsé.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés en Belgique lui a donné un coup de main et lui a accordé le statut de réfugié. Depuis qu’il était en exil et qu’il a obtenu le statut de réfugié, il a pu demander la citoyenneté dans les pays européens. C’est grâce à ses études qu’il connaît le mieux l’Angleterre et décide donc d’essayer de se rendre dans les îles britanniques.

Son plan était clair – en 1988 pour se rendre en France et de là en avion pour l’Angleterre. Cependant, lorsqu’il est arrivé à l’aéroport international Charles de Gaulle à Paris, il a en quelque sorte perdu ses documents de statut de réfugié. Cependant, il ne pouvait entrer ou sortir d’aucun pays sans ces documents.

La vie au Terminal 1

Il a d’abord été arrêté par les Français mais a ensuite dû être relâché car son entrée dans l’aéroport était légale. Mais comme il n’avait pas de pays d’origine où retourner, commencé son séjour au Terminal 1. Comme vous le savez probablement dans les films, l’aéroport lui-même est considéré comme un espace international et n’est donc pas défini comme un pays.

Vous n’avez donc pas besoin de papiers pour vous y déplacer, mais en même temps vous ne pouvez pas non plus en sortir. Il ne connaissait pas un seul mot de français, mais il essayait de gagner un peu d’argent supplémentaire de diverses manières. Cependant, selon les employés de l’aéroport, il n’a jamais été très intéressé à quitter l’aéroport. Il subvenait simplement à ses besoins en faisant de petits boulots, en mangeant dans des fast-foods situés à l’aéroport, en se lavant dans les toilettes publiques et en passant son temps libre à regarder les gens et à lire des livres.

image

Peu à peu, l’homme qui a décidé de vivre à l’aéroport a commencé à faire beaucoup parler de lui. Un avocat français des droits de l’homme a même repris sa cause Christian Bourget, qui l’a aidé au tribunal. Là, cependant, ils ont de nouveau décidé qu’ils ne pouvaient pas l’expulser de l’aéroport, mais ils ne pouvaient pas non plus lui accorder l’autorisation d’entrer en France. La situation semblait insoluble même après que les autorités belges aient annoncé qu’elles lui délivreraient de nouveaux documents, mais seulement s’il se présentait en personne.

Les pays manquaient de patience

Pendant ce temps, l’enquête a révélé que Mehran n’était pas entièrement honnête. Apparemment, l’Iran ne l’a jamais officiellement expulsé. De plus, sa version sur le vol de documents a été contestée. Une version dit qu’il a envoyé ses documents à Bruxelles au moment où il tentait de se rendre en Grande-Bretagne.

Enfin, lui les autorités belges ont autorisé se rendre en Belgique, mais uniquement à condition de résider dans le pays sous la surveillance d’un travailleur social. Tout ressemblait donc à la crise évitée et à l’homme dont la maison était devenue un coin de l’aérogare trouverait un logement à part entière. Cependant, Mehran a refusé, disant qu’il voulait se rendre en Angleterre, d’où sa mère était originaire.

La France et la Belgique manquent de patience, alors les deux pays ont cédé et lui ont offert un séjour. Tout ce qu’il avait à faire était de signer les papiers, mais il a refusé de le faire parce qu’il était répertorié comme iranien et non britannique. De plus, il voulait le nom « Sir Alfred Mehran ». Son entêtement brisa même l’avocat Bourget. Lorsqu’elle a été contactée, sa famille a seulement dit qu’elle croyait qu’il vivait la vie qu’il voulait. Mehran a commencé à attirer l’attention des médias et des curieux, car il n’était pas du tout difficile de le trouver dans le hall de l’aéroport.

Hospitalisation et départ de l’aéroport

En 2003, le studio DreamWorks lui a proposé 250 000 dollars pour les droits de filmer son histoire, mais au final, il l’a fondamentalement rejeté. Le film Terminal avec Tom Hanks n’est pas sa biographie, mais a été vaguement inspiré par le fait qu’il a perdu ses papiers et a dû vivre dans le hall de l’aéroport.

Son histoire terminale terminé en juillet 2006, lorsqu’il a dû être hospitalisé. Il n’aurait probablement jamais quitté son lieu de résidence, mais lorsqu’il a été emmené en ambulance, l’aéroport a rapidement annulé son corner où il vivait depuis des années. Il n’est sorti de l’hôpital qu’en 2007, lorsqu’il a été pris en charge par la branche aéroportuaire de la Croix-Rouge française. Il a ensuite été conduit au centre d’accueil de l’association caritative Emauzy et vit depuis 2008 dans un centre d’hébergement parisien.

Il a passé dix-huit longues années à l’aéroport, au cours desquelles il a tenu un journal, écrit un livre sur sa vie au Terminal 1, lu des livres et étudié l’économie. Il recevait régulièrement des journaux et de la nourriture du staff et recevait même de nombreuses lettres de soutien de fans du monde entier. Cependant, il n’est toujours pas arrivé en Grande-Bretagne.

Fait intéressant, la personne vivant le plus longtemps à l’aéroport est le Brésilien Denis Luiz de Souza, qui a quitté la maison en raison de désaccords. Vers 2000, il se réfugie à l’aéroport international de São Paulo-Guarulhos, où il vit toujours aujourd’hui. L’homme souffre apparemment de problèmes mentaux et contrairement à Mehran, il peut sortir à tout moment.

Irène Belrose

« Fanatique de musique. Penseur maléfique. Accro au café. Spécialiste du voyage. Créateur. Praticien de l’Internet.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.