L’Iran a condamné les Français à huit ans de prison, et la France a d’abord été décrite comme un pays hostile

Le Français, accusé en Iran d’espionnage et de propagande anti-gouvernementale, a été condamné à huit ans de prison. Benjamin Brière, 36 ans, a été arrêté en mai 2020 après avoir pris des photos d’une zone désertique où la photographie est interdite, et a également été interrogé sur les réseaux sociaux sur l’obligation pour les femmes de porter le foulard.

L’avocat parisien Philippe Valent a rapporté que le tribunal révolutionnaire iranien avait condamné Brière à huit ans pour espionnage et à huit mois pour propagande anti-gouvernementale. En vertu de la loi iranienne, une peine plus longue est utilisée dans la pratique. Selon l’avocat, les allégations sont totalement infondées.

Jeu diplomatique des autorités iraniennes

Brière est en grève de la faim depuis le 25 décembre pour protester contre le traitement à la prison de Mashhad, où il est détenu.

Sa sœur Blandine a déclaré à l’Associated Press que leur longue peine les avait déçus et qu’ils étaient très en colère que le procès de son frère soit en fait politique. Selon elle, Brière s’est coincée dans « Jeu diplomatique« Les autorités iraniennes. »Aujourd’hui, nous avons besoin que le gouvernement (français) agisse et nous aide à aider Benjamin et à faire tout ce qu’il faut pour le faire sortir« A-t-elle dit, ajoutant que son frère devenait plus faible et fatigué physiquement et mentalement.

Coopération avec le pays ennemi

Un avocat franco-iranien a déclaré à AP que son client était toujours en grève de la faim, mais qu’il était toujours de « bonne humeur ». Selon lui, Brièrea était accusé de « coopération avec un pays étranger hostile contre la République islamique d’Iran“.

L’AP rapporte à cet égard que c’est la première fois qu’un tribunal iranien qualifie la France de « pays ennemi ». Jusqu’à présent, les États-Unis et Israël l’ont appelé ainsi dans des cas similaires. La France, avec d’autres puissances mondiales, négocie avec l’Iran à Vienne pour renouveler l’accord nucléaire de 2015.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.