L’Union a suspendu les règles budgétaires pour l’année prochaine – euractiv.sk

Les États membres n’auront pas à maintenir leur déficit de 3 % et leur dette de 60 % même en 2023. Cependant, la Commission européenne prévient qu’il n’y a pas de temps pour de grands plans de relance.

En réponse aux effets économiques de l’invasion russe de l’Ukraine, l’UE a reporté la reprise des règles budgétaires. Ils ne s’appliqueront qu’en 2024.

L’objectif de ce report est de donner aux gouvernements des États membres la possibilité de soutenir les personnes les plus touchées par la hausse des prix de l’énergie et d’augmenter les investissements publics nécessaires pour passer à une économie verte.

« Notre économie subit un deuxième choc externe en deux ans », a déclaré le commissaire à l’Economie Paolo Gentiloni lors d’une conférence de presse lundi 23 mai. La semaine dernière, la Commission a abaissé sa prévision de croissance économique pour 2022 de 4% à 2,3% dans ses prévisions économiques du printemps.

« Il est clair que l’Union ne s’est pas encore remise d’une période de grave ralentissement économique, nous sommes donc arrivés à la conclusion que nous soutiendrons la prolongation de la clause dérogatoire générale du pacte de stabilité et de croissance jusqu’en 2023 », a déclaré Gentiloni.

Le Pacte de stabilité et de croissance à l’heure actuelle exige que le déficit des administrations publiques reste inférieur à 3 % du PIB et que le niveau de la dette publique soit inférieur à 60 % du PIB. Les États membres dont le niveau d’endettement est supérieur à ce niveau ont 20 ans pour l’atteindre.

Le pacte de stabilité et de croissance contient également une clause dérogatoire générale, qui peut, dans des cas exceptionnels, suspendre l’application des règles budgétaires.

Il a été mis en œuvre pour la dernière fois en 2020 après le déclenchement de la pandémie, et la Commission a incité les États membres à soutenir leurs économies par des politiques budgétaires expansionnistes. Jusqu’au début de cette année, la Commission affirmait que les règles budgétaires s’appliqueraient à nouveau à partir de 2023.

Réduire les dépenses courantes et augmenter les investissements

Cependant, la guerre en Ukraine et la forte hausse des prix de l’énergie qui en a résulté ont obligé la Commission à réévaluer la situation et à permettre aux gouvernements de continuer à soutenir les économies.

« Nos priorités communes sont l’investissement et la réforme », a déclaré Gentiloni, ajoutant que les États membres devraient continuer à appliquer la clause de sauvegarde universelle pour investir dans l’écologie et les technologies numériques.

Cependant, la Commission a appelé à une politique budgétaire dite prudente, déclarant que de grands plans de relance ne sont pas justifiés dans la situation actuelle.

Valdis Dombrovskis, vice-président exécutif de la Commission européenne, a déclaré lundi lors d’une conférence de presse que la Commission « recommande de réduire les dépenses courantes ». Il s’agit par exemple des salaires des fonctionnaires ou des biens et services achetés par les ministères.

Bien que la Commission n’ouvrira pas de nouvelles procédures de déficit excessif contre un État membre pour le moment, Dombrovskis a déclaré que « le respect des recommandations d’aujourd’hui sera un facteur pour évaluer si nous ouvrirons des procédures de déficit excessif à l’automne et au printemps prochains ».

La Commission européenne propose une plateforme pour la reconstruction de l’Ukraine

Parallèlement à une augmentation de l’aide budgétaire à court terme au gouvernement ukrainien de neuf milliards d’euros, la Commission européenne a également proposé la création d’une plate-forme pour la reconstruction de l’Ukraine. Cela aiderait à répondre aux besoins financiers considérables du pays, qui sont estimés à 600 milliards de dollars.

Plus de temps pour faire des compromis

La décision de maintenir la clause dérogatoire générale pour une autre année atténue en partie la pression pour parvenir à un accord sur la réforme fiscale politiquement controversée. Le processus de réforme a été relancé à l’automne 2021 dans le but d’introduire de nouvelles règles pour l’exercice 2023.

Toutefois, les États membres ne sont pas d’accord sur l’opportunité et la manière de réformer les règles budgétaires. Alors que la France et l’Italie font pression pour que les États membres aient plus de marge de manœuvre budgétaire pour investir, des pays plus économiques comme l’Autriche, la Suède, la Lettonie et d’autres résistent à tout assouplissement des règles budgétaires.

La suspension donnera aux États membres une année supplémentaire pour trouver un compromis. L’un des principes qui pourrait être suivi est la limitation déjà mentionnée des dépenses courantes tout en augmentant l’investissement.

Léopold Moulin

"Analyste de longue date. Passionné de cuisine subtilement charmant. Introverti. Accro aux médias sociaux. Lecteur. Pionnier général de la télévision. Étudiant. Future idole des adolescents."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.