Macron veut être un président vert, Le Pen gouverner avec bon sens

« Mon futur premier ministre sera directement impliqué dans la planification environnementale », a déclaré Macron. La protection du climat, qu’il a appelée « la bataille du siècle »intervient dans tous les domaines de la vie et de la politique, a-t-il ajouté, ajoutant que la France pourrait arriver « Grande nation de l’écologie ». Le premier tour des élections de dimanche dernier, au cours duquel près de huit millions d’électeurs ont poussé le candidat populiste de gauche Jean-Luc Mélenchon avec son programme écologiste, a envoyé « lien fort », a déclaré Macron. Il comprend les inquiétudes des jeunes quant à l’avenir de la Terre et a promis « récupération complète » sa politique.

Lors de la réunion, Macron a annoncé de nouveaux investissements dans les technologies vertes, la rénovation de maisons économes en énergie et la production d’aliments biologiques. Dans le même temps, il a déclaré la lutte contre la pollution de l’air et le plastique jetable. Le discours de Macron s’adressait avant tout aux électeurs jeunes et de gauche qui ont soutenu Mélenchon et d’autres candidats au premier tour et dont les votes auraient pu être décisifs au second tour, a précisé l’AFP.

Le Pen a également eu une réunion

La populiste de droite Marine Le Pen, sa challenger au second tour des élections le 24 avril, a accusé Macron d’être incompétent dans le domaine de l’écologie. Le Pen veut que les éoliennes soient démantelées, gaspillant l’argent des contribuables. Le second tour sera donc « référendum pour ou contre l’écologie ». Le Pen a également tenté samedi de gagner les électeurs de Mélenchon. Elle a choisi le petit village de Rémy-sur-Avre dans le nord-ouest de la France, où elle a remporté plus de 37 % des voix au premier tour, promettant de gouverner « comme une mère de bon sens » et protéger les plus faibles.

Des centaines de personnes ont participé à des manifestations contre Le Pen à Paris et dans une trentaine d’autres villes françaises. Ils ont été organisés par une large alliance de militants et de syndicats, qui ont appelé à des actions nationales contre l’extrémisme de droite et le racisme. « Nous sommes ici pour dire non à l’extrême droite » Jean-François Julliard de Greenpeace a déclaré lors d’une réunion à Paris. « Ce serait un vrai recul s’il arrivait au pouvoir », il a ajouté à Margo Le Pen.

Des centaines de militants d’Extinction Rebellion ont bloqué les 300 mètres des Grands Boulevards, artère importante du centre de Paris, sur 300 mètres samedi. Sa porte-parole a critiqué le fait que la discussion sur l’environnement avait été largement omise pendant la campagne électorale jusqu’à présent. Le blocus du boulevard devrait durer jusqu’à lundi. Dans les derniers sondages, Macron a pu accroître son avance sur Le Pen. Selon le sondage Ipsos Sopra/Steria de samedi, 55,5% du président sortant de 44 ans voteraient au second tour le 24 avril, et 44,5% de Le Pen voteraient à 44,5%.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.