Plusieurs pays ont vendu du matériel militaire à la Russie. La Slovaquie en fait partie

BRATISLAVA / Malgré l’embargo, 10 pays de l’UE ont vendu des missiles, des avions, des torpilles, des bombes à la Russie. La Russie a continué d’acheter des armes de l’UE au moins jusqu’en 2020. Les exportations totales au cours de cette période s’élevaient à plus de 300 millions d’euros. Selon les données publiques analysées par Investigate Europe, certaines de ces armes pourraient être utilisées contre l’Ukraine.

Il a fourni des informations sur les livraisons en Russie depuis les pays de l’UE Enquêter sur l’Europe, qui a également analysé la quantité d’équipements militaires dérivés.

« Nos destins sont liés. L’Ukraine fait partie de la famille européenne. L’agression de Vladimir Poutine est une agression contre tous les principes qui nous sont chers. » a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Un tiers des pays de l’UE ont exporté des armes vers la Russie

Il y a moins de deux ans, la Russie achetait des armes à l’Union européenne, et en grand nombre. Un tiers des États membres de l’Union européenne ont exporté des armes vers la Fédération de Russie, selon le groupe de travail officiel du Conseil sur les exportations d’armes conventionnelles (COARM), qui a analysé Enquêter sur l’Europe.

Lier à Les données montrent qu’entre 2015 et 2020, au moins 10 États membres de l’UE ont exporté pour 346 millions d’euros d’armes vers la Russie. La France, l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche, la Bulgarie, la République tchèque, la Croatie, la Finlande, la Slovaquie et l’Espagne – à des degrés divers – ont vendu du « matériel militaire » à la Russie. Parmi les technologies figurent des armes, des missiles, des torpilles, mais aussi des bombes.

Ils ont exporté vers la Russie malgré l’embargo de 2014

La vente a été réalisée par les pays malgré l’embargo adopté par l’Union européenne après 2014, au moment où la Russie a annexé la Crimée. L’embargo dit :« La vente, la fourniture, le transfert ou l’exportation, directs ou indirects, d’armes et de matériel connexe de tous types, y compris les armes et munitions, les véhicules et équipements militaires, les équipements paramilitaires et les pièces détachées vers la Russie par des ressortissants des États membres ou depuis les territoires d’États membres ou l’utilisation des navires ou aéronefs de leur pavillon est interdite, qu’ils soient originaires ou non de leur territoire. »

Les armes peuvent désormais être utilisées lors de l’invasion russe contre l’Ukraine

Les pays sous embargo ont contourné un vide juridique dans la réglementation de l’UE pour poursuivre le commerce. Le groupe de travail du Conseil sur les exportations d’armes classiques a répondu aux questions de l’IE et a expliqué que « L’embargo sur les armes de l’UE contient l’exception suivante : les contrats conclus avant le 1er août 2014 ou les contrats accessoires nécessaires à l’exécution de ces contrats. Les données que vous trouverez dans la base de données devraient relever de cette exception. embargo et la position commune de l’UE, le COARM conclut donc : « Les États membres n’arment pas la Russie ».

Mais la conclusion n’est pas si simple. Siemon Wezeman, chercheur en chef à l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), fait la distinction entre le commerce économique normal et les exportations d’armes. « Les armes font partie de notre politique étrangère, pas de notre politique économique. Les principales sont des raisons politiques », a parlé pour le chercheur IE Siemon Wezeman.

Les plus grands fournisseurs sont la France et l’Allemagne

Le graphique Investigate Europe montre que la France et l’Allemagne ont vendu les plus grandes quantités. La France a vendu 152 millions d’euros de matériel militaire à la Russie et l’Allemagne a exporté 121,8 millions d’euros de matériel militaire vers la Russie. La Slovaquie et la Croatie ont eu une exportation vers la Russie les années précédentes, en quantités beaucoup plus petites.

Exportations d’armes vers la Russie 2015-2020

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.