Pourquoi Zelenskyi n’a-t-il pas beaucoup d’alliés en Afrique ? – Nouvelles du monde

La déclaration du président français sur l’hypocrisie de certains États africains a attiré l’attention sur l’attitude non seulement des pays et des puissances européennes, comme les États-Unis et la Chine, face à l’invasion russe de l’Ukraine.



Photo:

Le président Volodymyr Zelensky serre la main d’un soldat ukrainien blessé dans un hôpital d’Odessa. Lors des combats contre l’armée russe, il a subi une blessure à la jambe si grave que les médecins ont dû l’amputer.




Bien qu’Emmanuel Macron n’ait pas été précis, le message était clair : il y a pas mal d’États en Afrique qui se comportent comme s’ils étaient indifférents à la guerre qui a éclaté le 24 février de cette année.

Seuls quatre présidents étaient curieux au sujet de Zelensky

Par exemple, les deux preuves suivantes que Macron disait la vérité peuvent être utilisées. Le premier date de la période qui a suivi le début de l’invasion russe et le second est lié aux efforts du président ukrainien Volodymyr Zelensky pour gagner le monde à ses côtés.

Lorsque l’Assemblée générale de l’ONU a voté le 3 mars sur un projet de résolution condamnant l’agression russe, ils ne pouvaient certainement pas être heureux à Kyiv. Le texte a été soutenu par 141 sur un total de 193 pays membres des Nations Unies, d’où il pourrait sembler à première vue que l’Ukraine a un nombre important de partisans sur tous les continents.

Les apparences sont souvent trompeuses et ici cela s’est confirmé. « Les Etats africains étaient divisés lors du vote, 28 étaient pour, 17 se sont abstenus de voter, huit pays n’ont pas participé et un s’est prononcé contre », a rappelé le Centre d’études stratégiques et internationales de Washington.

Zelensky a vécu la deuxième chose désagréable de première main. Lorsqu’il s’exprime devant des politiciens occidentaux par transmission vidéo, ses discours suscitent un grand intérêt. Pourtant, lorsqu’il s’est adressé aux dirigeants africains fin juin, il a dû être désagréablement surpris. Plus de 50 chefs d’État ont pu visionner son allocution vidéo. Regarder le moniteur, où il a vu une poignée de présidents, a dû le surprendre. « Tous les dirigeants africains ont reçu une invitation, seuls quatre y ont assisté », a précisé la BBC, ajoutant que les autres avaient envoyé leurs représentants.

L’Érythrée n’a certainement pas oublié l’aide de Moscou

Pourquoi de nombreux États africains ont-ils au moins une attitude tiède envers l’Ukraine pendant le conflit armé avec la Russie ? L’africaniste tchèque Jan Záhořík voit la cause dans le passé antique. Il a souligné qu’un fort sentiment anti-impérial et anti-occidental persistait dans de nombreux pays africains. « Cependant, cela ne signifie pas qu’il existe un soutien massif à grande échelle au régime du président russe Vladimir Poutine, mais les Africains comprennent la guerre en Ukraine en termes de : » Occident, regardez ce que vous nous avez fait pendant des décennies, maintenant vous l’avez récupéré. « , a-t-il déclaré au serveur Lidovka.

Dans une analyse des attitudes en Afrique, le Washington Center for Strategic and International Studies a divisé les pays en quatre groupes. Le premier comprenait ceux qui ont de solides liens politiques, économiques et militaires avec la Russie, qui pensent que Moscou a décidé d’utiliser la force contre l’Ukraine parce qu’elle avait des préoccupations légitimes en matière de sécurité.

Dans ce groupe, l’Érythrée se distingue clairement le plus, qui n’a apparemment pas oublié l’aide militaire de l’époque de l’existence de l’Union soviétique. Moscou l’a fortement soutenu lors du conflit armé de 1977-1978. Ce fut la plus grande guerre entre deux États africains au XXe siècle. La Somalie, qui a envahi le territoire érythréen, a finalement perdu en mars 1978. Et récemment, l’Érythrée a été le seul pays d’Afrique à voter contre le projet de résolution anti-russe à l’ONU.

Qui composent les autres groupes ?

Le centre de Washington a inclus dans le deuxième groupe des États qui entretiennent de très bonnes relations avec la Russie, mais se sont abstenus de voter parce qu’ils considèrent l’invasion de l’Ukraine comme une violation du droit à l’autodétermination, qui dans leur cas est associé au droit des nations coloniales à leur propre État après 1945. En même temps, ils sont fondamentalement d’avis qu’un État étranger ne doit pas s’immiscer dans les affaires intérieures d’un autre pays.

Le troisième groupe comprend ceux qui n’étaient pas d’accord avec le contenu de la résolution, tout en poussant au dialogue et à la réconciliation. Parmi eux, la République d’Afrique du Sud qui, pour justifier sa position, a pointé le manque de transparence lors des consultations et des négociations sur le projet de texte.

Enfin, dans le quatrième groupe se trouvaient les États (ils ont accepté la résolution) qui associent l’invasion de l’Ukraine aux injustices historiques de l’ère coloniale.

Le président Volodymyr Zelensky serre la main d’un soldat ukrainien blessé dans un hôpital d’Odessa. Lors des combats contre l’armée russe, il a subi une blessure à la jambe si grave que les médecins ont dû l’amputer. PHOTO : SITA/AP

Gaspard Pettigrew

"Lecteur. Fanatique de la cuisine professionnelle. Écrivain. Gourou d'Internet. Amateur de bière d'une humilité exaspérante. Fan de café sans vergogne."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.