Poutine Macron : « Ecoutez-moi bien ! » – Nouvelles du monde

Emmanuel Macron :

Les tensions n’ont cessé de monter depuis notre dernière conversation, et vous connaissez ma détermination et ma décision de poursuivre le dialogue. J’aimerais que vous me donniez d’abord votre point de vue sur la situation, et peut-être assez ouvertement, car nous deux [zvykneme], m’a fait part de ses intentions. Et puis j’aimerais essayer de voir s’il y a encore des démarches utiles à faire et faire quelques suggestions.

Vladimir Poutine:

Que puis-je dire ? Vous pouvez voir par vous-même ce qui se passe. Vous et le chancelier Scholz m’avez dit que Zelensky était prêt à faire un pas en préparant un projet de loi pour mettre en œuvre les accords de Minsk. […] En fait, notre cher collègue, M. Zelensky, ne fait rien. Il vous ment. […] Je ne sais pas si vous avez entendu sa déclaration d’hier, où il a dit que l’Ukraine devrait avoir accès aux armes nucléaires.

(Conseiller diplomatique Emmanuel Bonnet : « Mais non, c’est n’importe quoi »).

J’ai également entendu vos commentaires lors d’une conférence de presse à Kiev le 8 février. Il a déclaré que les accords de Minsk devraient être révisés, je cite, « pour les rendre applicables ».

(Les conseillers de Macron : « Non, il n’a pas dit ça », je lui dirai de ne pas avoir de discussion détaillée avec lui. »)

Emmanuel Macron :

Vladimir, premièrement, je n’ai jamais dit que les accords de Minsk devaient être révisés. Je n’ai jamais dit cela à Berlin, à Kiev ou à Paris. J’ai dit qu’il faut les appliquer, que tout doit être respecté, et je n’ai pas la même vision que vous des derniers jours.

Vladimir Poutine:

Écoute, Emmanuel, je ne comprends pas ton problème avec les séparatistes. À notre insistance, ils ont fait au moins tout ce qui était nécessaire pour engager un dialogue constructif avec les autorités ukrainiennes.

Emmanuel Macron :

A ce qu’a dit Vladimir, quelques remarques : premièrement, les accords de Minsk sont un dialogue avec vous, vous avez tout à fait raison. Dans ce contexte, le texte présenté par les séparatistes ne devrait pas servir de base à la discussion. Donc, quand votre négociateur essaie de forcer les Ukrainiens à négocier sur la base des plans des séparatistes, il ne respecte pas les accords de Minsk. Aucun séparatiste ne soumettra de projets de lois ukrainiennes !

Vladimir Poutine:

Bien sûr, nous lisons les situations complètement différemment. Lors de notre dernier entretien, je vous ai rappelé et même lu les articles 9, 11 et 12 des accords de Minsk.

Emmanuel Macron :

Ils sont juste devant mes yeux ! Il est bien écrit que le gouvernement de l’Ukraine – point 9, etc. – suggère que cela se fasse en consultation et en accord avec les représentants de certains districts des régions de Donetsk et Louhansk au sein du groupe de contact tripartite. C’est exactement ce que nous proposons de faire. Par conséquent, je ne sais pas où votre avocat a étudié le droit (le conseiller sourit). Je regarde juste les paroles et j’essaie de les appliquer! Et je ne sais pas quel genre d’avocat peut vous dire que dans un pays souverain, les textes de lois sont proposés par des groupes séparatistes, et non par des instances démocratiquement élues.

Vladimir Poutine:

(D’un ton dur et irrité.) Ce n’est pas un gouvernement démocratiquement élu. Ils sont arrivés au pouvoir à la suite d’un coup d’État, il y a eu des gens brûlés vifs, c’était un bain de sang, et Zelensky est l’un des responsables.

Écoutez-moi bien : les principes du dialogue sont de prendre en compte les intérêts de l’autre partie. Il y a des propositions, les séparatistes, comme vous les appelez, les ont transmises aux Ukrainiens, mais ils n’ont reçu aucune réponse. Où est le dialogue ?

Emmanuel Macron :

Bon, donc, comme je viens de vous le dire, on peut cracher des propositions séparatistes. Ce qu’on leur demande, c’est de répondre aux textes des Ukrainiens, et c’est comme ça qu’il faut faire, parce que c’est la loi ! Ce que vous venez de dire quelque part remet en cause votre propre volonté de respecter les accords de Minsk si vous pensez avoir affaire à un gouvernement illégitime et terroriste.

Vladimir Poutine:

(Toujours très énervé) Écoutez-moi bien ! Pouvez-vous m’entendre? Je vous le répète : les séparatistes, comme vous les appelez, ont répondu aux propositions des autorités ukrainiennes. Ils ont répondu, mais ces autorités n’ont pas donné suite.

Emmanuel Macron :

Alors, eh bien, sur la base de leur réponse aux textes des Ukrainiens, je suggère ceci : nous exigeons que toutes les parties se réunissent dans un groupe de contact afin que nous puissions continuer à avancer. Demain, nous pouvons demander que ce travail soit fait et que toutes les parties concernées ne mènent pas une politique de sièges vides. Depuis deux jours pourtant, les séparatistes n’ont pas voulu rentrer dans cette discussion. Je vais l’exiger de Zelenský immédiatement. Sommes-nous d’accord avec cela? Si nous sommes d’accord, je vais commencer et demander la réunion de demain.

Vladimir Poutine:

Donc, pour que je sois d’accord, dès que nous aurons raccroché, j’examinerai ces suggestions. Pourtant, dès le début, il a fallu faire pression sur les Ukrainiens, mais personne n’a voulu le faire.

Emmanuel Macron :

Mais oui, je fais tout ce que je peux pour leur mettre la pression, tu le sais très bien.

Vladimir Poutine:

Je sais, mais malheureusement, c’est inefficace.

Emmanuel Macron :

J’ai besoin que vous m’aidiez un peu (malicieusement). La situation sur la ligne de contact est très tendue. J’ai vraiment appelé Zelensky hier pour me calmer. Je lui redis, rassurez tout le monde, rassurez (les gens) sur les réseaux sociaux, rassurez les forces armées d’Ukraine. Mais je vois aussi que vous pouvez vraiment faire appel à vos forces militaires pré-déployées pour se calmer. Il y a eu beaucoup de bombardements hier. Si nous voulons donner une chance au dialogue, nous devons calmer la situation dans la région. Comment voyez-vous le développement des exercices militaires ?

Vladimir Poutine:

Les exercices se déroulent selon le plan.

Emmanuel Macron :

Ça veut dire que c’est fini ce soir, non ?

Vladimir Poutine:

Oui, nous maintiendrons probablement la présence militaire à la frontière ce soir et la présence militaire jusqu’à ce que la situation dans le Donbass se calme. L’évaluation sera effectuée en concertation avec les ministères de la Défense et des Affaires étrangères.

Emmanuel Macron :

Très bien. Vladimir, je vous dis très honnêtement que remettre le débat dans le bon cadre et éviter les tensions est une condition absolue. Et c’est important pour moi – et je vous demande vraiment – de garder la situation sous contrôle. C’est le premier pas. Et je compte vraiment sur vous. Ne succombez à aucune provocation dans les heures et les jours à venir.

Je voulais vous adresser deux propositions très précises. La première consiste à organiser une réunion entre vous et le président Biden à Genève dans les prochains jours. Je lui ai parlé vendredi soir, lui demandant si je pouvais vous faire cette offre. Il m’a demandé de vous dire qu’il était prêt. Le président Biden a également réfléchi à des moyens d’aggraver la situation de manière convaincante, de prendre en compte vos demandes et de traiter très clairement la question de l’OTAN et de l’Ukraine. Entrez une date qui vous convient.

Vladimir Poutine:

Merci beaucoup Emmanuel. C’est toujours un grand plaisir et un honneur pour moi de parler à vos collègues européens ainsi qu’aux États-Unis. Et j’ai toujours beaucoup de plaisir à communiquer avec vous car nous avons des relations intimes. Alors, Emmanuel, je te propose le contraire. Tout d’abord, vous devez préparer cette réunion à l’avance. Ce n’est qu’alors que nous pourrons nous amuser, car si nous arrivons à parler de tout et de rien comme cela, ils nous en accuseront encore.

Emmanuel Macron :

Mais pouvons-nous dire aujourd’hui, à l’issue de ces discussions, que nous sommes d’accord sur le principe ? J’aimerais obtenir de vous une réponse claire à cette question. Je comprends vos réticences jusqu’à présent, mais êtes-vous prêt à dire aujourd’hui : « Je souhaite une rencontre bilatérale avec les Américains, qui serait ensuite élargie aux Européens » ou pas ? (Conseiller : « Oui. »)

Vladimir Poutine:

C’est une proposition qui mérite attention, et si vous voulez qu’on s’entende bien sur sa formulation, je vous propose de demander à nos conseillers de s’appeler pour se mettre d’accord. […]mais sachez que je suis d’accord sur le principe.

Emmanuel Macron :

Très bien que vous me confirmiez que vous êtes d’accord sur le principe. Je propose nos équipes […] essayé de finaliser un texte commun, une sorte de communiqué de presse après cette conversation.

Vladimir Poutine:

Pour être honnête, je voulais aller jouer au hockey parce que je te parle depuis la salle de sport avant que tu ne commences l’exercice physique. Je vais d’abord appeler mes conseillers.

Emmanuel Macron :

Quoi qu’il en soit, merci, Vladimir. Nous restons connectés en temps réel. Dès qu’il se passe quelque chose, tu m’appelles.

Vladimir Poutine:

Merci, Monsieur le Président. (en français).

Gaspard Pettigrew

"Lecteur. Fanatique de la cuisine professionnelle. Écrivain. Gourou d'Internet. Amateur de bière d'une humilité exaspérante. Fan de café sans vergogne."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.