Putkan ne se mobilise pas, il les envoie en guerre d’occupation (événements de la semaine)

Iveta Radičová, ancienne première ministre

Événement semaine je

Dans une allocution télévisée, le président russe Vladimir Poutine a annoncé la mobilisation partielle des forces armées du pays. Selon lui, le but est de défendre le territoire russe. En outre, il a soutenu les projets d’organisation de référendums sur l’adhésion des quatre territoires ukrainiens occupés de Lougansk, Donetsk, Kherson et Zaporizhzhia à la Fédération de Russie. Pourquoi l’annexion de territoires doit-elle être annoncée au plus vite ? Premièrement, la situation n’est pas celle attendue, et deuxièmement, les combats dans ces zones pourraient ensuite être qualifiés d' »attaque ukrainienne directe sur le territoire russe ». Il faut se rappeler qu’avant même la guerre, la Russie accordait la citoyenneté aux habitants des territoires occupés, et maintenant les passeports russes sont distribués à la hâte.

Si Poutine allait effectivement jusqu’à désigner ces territoires comme russes, ils ne seraient pas reconnus internationalement. Une telle mesure conduirait à un isolement encore plus grand de la Russie et à une escalade encore plus grande du conflit, pas seulement en Ukraine.

Événement semaine II

Aux élections législatives suédoises, le camp conservateur de droite l’a emporté de justesse avec 176 sièges contre 173. La Première ministre social-démocrate Magdalena Andersson penche pour la démission malgré les bons résultats de son propre parti. D’énormes gains ont été réalisés par les démocrates suédois populistes de droite, qui sont devenus le deuxième groupe le plus fort au parlement. La Suède n’a jamais connu une campagne électorale où le racisme était aussi visible, les réflexes autoritaires aussi acceptés et le mensonge aussi intense. C’est le début d’une autre Suède. Le débat suédois indique où va l’histoire des démocraties européennes : le plus petit dénominateur commun est l’immigration. L’extrême droite dévore les conservateurs. C’est déjà arrivé en France, c’est arrivé en ce moment en Suède et cela arrivera probablement en Italie. Du côté gauche, l’effet est exactement le contraire. Tandis que des partis plus radicaux gagnent les conservateurs de droite, les pragmatiques gagnent les sociaux-démocrates de gauche. Le comportement électoral dans différents pays est influencé par les personnalités, les événements, le calendrier, les problèmes régionaux, les loyautés envers les partis et les systèmes électoraux. Après tout, toute politique est locale. Cependant, les partis populistes d’extrême droite sont un problème paneuropéen qui touche tous les démocrates. Des liens communs et idéologiques peuvent être trouvés, par exemple, entre la Suède à l’extrême nord de l’Europe et l’Italie au sud par la mer Méditerranée. Les partis radicaux de droite sont en hausse dans les deux pays.

Faux pas de la semaine

Le Premier ministre Heger est satisfait – on dit que le gouvernement a mis en place toutes les réformes, il prend des mesures dans le secteur de la santé qu’aucun gouvernement n’a prises depuis 17 ans, on dit que nous sommes prêts pour la crise énergétique… Il c’est bien qu’au moins quelqu’un dans ce pays soit satisfait.


Ján Strasser, écrivain

Événement de la semaine

Non, Putkan ne mobilise pas 300 000 Russes pour une nouvelle grande guerre patriotique, il les envoie mourir dans une grande guerre d’agression, d’occupation et de génocide sur le territoire de l’Ukraine indépendante.

Cet article est un contenu exclusif pour les abonnés Denník N.

Êtes-vous abonné?

Gaspard Pettigrew

"Lecteur. Fanatique de la cuisine professionnelle. Écrivain. Gourou d'Internet. Amateur de bière d'une humilité exaspérante. Fan de café sans vergogne."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.