Quand l’Occident se demande comment garder le visage de Poutine, l’Est a de quoi s’inquiéter

Un texte intéressant a été publié dans le quotidien Politico, qui tente de révéler la pensée des principaux dirigeants européens sur la résolution du conflit entre la Russie et l’Ukraine.

Le président français Macron, le chancelier allemand Scholz et le Premier ministre italien Draghi sont selon Les politiciens craignent ce que Macron appelle « l’humiliation » de la Russie. Bien que tous ces États soient solidaires de l’Ukraine et l’aident également dans la guerre, ils craignent toujours un éventuel succès militaire ukrainien, qui aujourd’hui ne ressemble plus à une utopie totale.

Le président français dit ouvertement qu’une telle humiliation de la Russie causerait une série de nouveaux problèmes. Les hommes d’État occidentaux craignent qu’une éventuelle victoire ukrainienne ne déstabilise la Russie, la rende encore moins prévisible et retarde la normalisation des relations énergétiques.

C’est aussi pourquoi les salons diplomatiques de Berlin et de Paris réfléchissent de plus en plus à une solution au conflit qui permettrait à Vladimir Poutine de garder la face. Bien que cela coûterait également à l’Ukraine la perte de certains territoires.

Politico fait par exemple référence à une conversation téléphonique entre Olaf Scholz et Vladimir Poutine, dans laquelle la chancelière allemande a déclaré avoir tenté de l’amener à trois étapes, dont l’une était de conclure un cessez-le-feu dès que possible. Le retrait de l’armée russe du territoire ukrainien n’en faisait pas partie.

De même, le Premier ministre italien Mario Draghi a déclaré après des entretiens à Washington qu’il était temps de commencer à réfléchir à un accord de paix. « Nous avons convenu que nous devons continuer à soutenir l’Ukraine et faire pression sur Moscou, mais aussi commencer à nous demander comment ramener la paix », a déclaré Draghi aux journalistes, ajoutant que l’effort doit inclure l’Ukraine.

Le fait que les hauts dirigeants des trois pays les plus influents de l’Union aient adopté la même position sur les négociations de paix à un moment où l’Ukraine commence à prendre le dessus sur le champ de bataille, selon Politico, suggère que les trois dirigeants essaient pousser l’Ukraine à négocier.

Le président Zelensky a clairement réagi à ces considérations, déclarant que son pays insistait clairement pour que l’armée russe quitte le territoire ukrainien. « Nous ne paierons pas pour garder le visage de Poutine sur notre territoire. Ce serait injuste », a-t-il déclaré à la télévision publique italienne.

Le sujet ouvert par Politico nous pose plusieurs questions sérieuses. Non pas parce que les dirigeants occidentaux commencent à trouver comment mettre fin à cette guerre. C’est tout à fait légitime et tôt ou tard, cela a dû se produire.

Le problème est la façon dont ils pensent à cette solution. Cela devrait rendre toute l’Europe centrale et orientale vigilante.

Il ne s’agit pas seulement de la dimension morale de l’opération pour préserver la face de Poutine au prix d’un sale commerce avec la Russie aux dépens de l’Ukraine.

Une telle réflexion comporte également des risques géopolitiques.

Si l’Occident force l’Ukraine à faire la paix alors qu’elle est loin d’être vaincue militairement, et s’il accepte que la Russie lui arrache un morceau de son territoire, le Kremlin confirmera une fois de plus que son modus operandi fonctionne. Et à l’avenir, ils pourraient l’atteindre à nouveau. Que ce soit encore contre l’Ukraine ou quelqu’un d’autre.

Dans le même temps, le risque peut être non seulement une perturbation potentielle en Russie, mais aussi une éventuelle déstabilisation de l’Ukraine. Il ne peut être exclu du tout que les dirigeants ukrainiens actuels aient plus de mal à mettre fin à un sale compromis forcé qu’à l’échec militaire du dictateur Poutine.

La société ukrainienne est différente de la société russe, où un régime autoritaire dur opère depuis longtemps et les masses sont massées quotidiennement par la propagande, qui peut aussi apporter la défaite comme une victoire.

Zelensky et l’establishment ukrainien actuel pourraient avoir un gros problème à défendre une solution de paix forcée et dégradante pour l’Ukraine. Le risque possible d’une réaction violente du public ukrainien frustré est également un fait qui doit être pris en compte.

Contrairement à Berlin ou à Paris, les pays d’Ukraine, en particulier, ne peuvent se permettre de l’ignorer.

Photo: TASR / AP

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.