Qu’est-il arrivé à CES monstres d’avion ?

Les ekranoplanes étaient désormais oubliés de beaux monstres aériens, des machines à la frontière entre les avions, les aéroglisseurs et les navires.

L’ekranoplane vole sur le principe de l’effet de sol dit dynamique, lorsque l’avion est en lévitation du fait qu’un « coussin porteur » est créé entre les surfaces d’appui courtes et la surface de l’eau, et l’effet de sol dit augmente également la flottabilité – la limitation de la traînée induite d’une aile de petite largeur par la proximité du sol ou de la surface de l’eau. Grâce à un principe similaire, la sauvagine peut remonter de la surface.

Bien que cette technologie soit déjà connue avant la Seconde Guerre mondiale, la recherche réelle de ces machines ne s’est développée que dans les années 60 en URSS sous la direction de l’ingénieur Rostislav Alexeyev, principalement à des fins militaires. En raison du fait qu’il ne s’agit pas d’un avion ou d’un navire traditionnel, la machine ne peut pas être clairement classée en différentes catégories, et en URSS elle-même, il y a eu des différends entre l’armée de l’air et la marine pour savoir à qui appartiendraient les ekranoplanes.

L’ekranoplane se déplaçait à quelques mètres au-dessus de la surface comme un aéroglisseur classique, grâce à l’effet de sol dynamique, et pouvait atteindre une vitesse allant jusqu’à 500 km/h. Pour des distances plus courtes, cependant, grâce à la poussée excessive des moteurs, il était également capable de flotter à l’abri des effets du phénomène de sol (effet) (par exemple, pour éviter un navire soudainement). Il combinait les propriétés d’autres moyens de transport, jusqu’à une vitesse de 80 km/h il se comportait comme un navire, à 100 km/h il se comportait comme un planeur aquatique ou un aéroglisseur, et à une vitesse de 150 km/h déjà comme un avion classique.

Le principal avantage militaire de l’ekranoplane était que, grâce à sa hauteur de vol de 3 à 10 mètres au-dessus de la surface, il était capable d’éviter les mines et les filets anti-torpilles. Il était également intouchable par les torpilles et les missiles anti-aériens et anti-navires lancés au sol, il n’était pratiquement destructible que par des missiles à guidage aérien.

Un autre, bien qu’un peu moins important, était sa capacité

être invisible aux sonars en ne touchant pas la surface. En même temps, en tant qu’engin volant très bas, il était indétectable par les radars de l’époque.

C’était donc avant tout un moyen parfait pour effectuer le débarquement.

Cependant, plusieurs problèmes sont survenus lors des projets en URSS. Au cours d’un essai, la machine, dans laquelle un matériau de construction inadapté a été utilisé, avec un équipage composé de plusieurs concepteurs, s’est brisée en parties avant et arrière en mer. Grâce au chef mécanicien, qui a rapidement démarré les moteurs à réaction d’étrave auxiliaires, la partie avant a « volé » avec la majeure partie de l’équipage vers le rivage, contrairement à la partie arrière, qui a coulé.

Après l’effondrement de l’Union soviétique, une version civile de l’ekranoplane d’atterrissage A-90 Orljonok était en cours de préparation. Une nouvelle société a également été fondée à Saint-Pétersbourg (Ekolen), censée établir des contacts avec des partenaires étrangers et poursuivre les recherches. Cependant, d’autres efforts pour maintenir ce programme ont échoué et aujourd’hui nous ne rencontrons que très rarement ces machines.

  • La compagnie maritime « Aerohod » (Nizhny Novgorod, Russie) teste le prototype « TUNGUS » Ekranoplane depuis 2014. Selon les résultats des tests, il est prévu de commencer le développement et la construction de machines d’une capacité de 4 à 70 passagers.
  • Le nouvel ekranoplane d’une masse au décollage de 54 tonnes, désigné A-050, est développé par le bureau central de conception d’hydroptères Alekseyev basé à Nizhny Novgorod. Vitesse de déplacement 450 km/h, autonomie env. 5000 km, capacité de charge 9 tonnes et jusqu’à 100 passagers. Cette société développe également un transport polyvalent plus lourd Ekranoplan A-080 Chaika-3 avec une masse au décollage de 100 tonnes.

Léopold Moulin

"Analyste de longue date. Passionné de cuisine subtilement charmant. Introverti. Accro aux médias sociaux. Lecteur. Pionnier général de la télévision. Étudiant. Future idole des adolescents."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.