Quotidien finlandais (2e) : Déluge de Slovaques, de forains allemands et de l’Organisation mondiale finlandaise

Le lieu des championnats du monde de hockey sur glace de cette année est la Finlande, plus précisément les villes d’Helsinki et de Tampere. Nous avons décidé de voyager en direct à Helsinki. Nous résumerons tout ce qui vous a intéressé, excité, surpris ou amusé dans une nouvelle mini-série intitulée Journal finlandais. C’est la deuxième partie.

Les Nations Unies

Les Championnats du monde de hockey sur glace en 2022 ont officiellement débuté. Les joueurs de hockey slovaques ont également pris part au premier match du tournoi. Les hommes de l’entraîneur Craig Ramsay ont battu la France après un dur combat 4-2 et ont prouvé qu’ils avaient du potentiel. Environ 3 800 spectateurs ont assisté à un duel passionnant dans la salle de glace d’Helsinki, et il faut souligner les fans slovaques qui ont préparé un environnement distinctement familial pour les garçons des Tatras. On ne croirait pas combien de compatriotes du nord de l’Europe vont se rencontrer. Que ce soit des gens de Nitra, Pezinok, Stropkov, Veľké Kostoliany, Martin ou Kútov, ils sont tous venus s’amuser avec le hockey et représenter notre petit pays avec leur petit.

Avant même le match, des amitiés internationales se sont nouées, notamment avec les supporters allemands, qui se font rares à Helsinki et ont fait vivre à leurs joueurs une ambiance chaleureuse pour le changement face au Canada (3-5). Il sera intéressant de voir qui aura le plus de supporters ce soir, lorsque la Slovaquie défiera les Allemands. Les Allemands sont vraiment voyants quand il s’agit de jouer et de s’habiller. Que les Allemands soient froids et réservés est depuis longtemps un mythe. Nous avons également rencontré une poignée de Canadiens et de Français, tandis que les Finlandais locaux venaient également au hockey, pour qui notre super-talent Juraj Slafkovský était l’une des principales attractions. Pas étonnant qu’il se soit fait un nom dans le championnat finlandais sous le maillot de Turku et que les locaux le connaissent. Certains seront peut-être surpris que nous rencontrions aussi des gens de la République tchèque, ceux à qui nous avons parlé étaient des partisans du Canada.

Le championnat de hockey, ce n’est pas seulement du hockey, c’est aussi du plaisir et des relations internationales. Globalement, la Coupe du monde pourrait être qualifiée de festival, car qu’elle se joue en ce moment ou qu’elle attende encore le match, il y a une bonne ambiance partout. Preuve en est les supporters allemands, qui n’étaient pas enthousiastes lors du match de leur équipe nationale contre le Canada dans l’état de 1-5, mais n’ont pas laissé leur humeur se gâter. Seider et al. ils les ont finalement rendus heureux, ont dramatisé le duel et n’ont perdu que 3-5. Avec un peu de chance, cela aurait pu être encore plus intéressant. Bien sûr, le plus était de voir et d’entendre l’expédition de Slovaquie pendant le vendredi. La victoire en début de tournoi fera son effet.

nous recommandons également :

Organisation de premier ordre

La salle ouvre une heure avant le match, alors qu’avant le match entre la Slovaquie et la France, les organisateurs avaient 2-3 minutes de retard, ce qui est un détail négligeable. Le soir, avant la corrida d’ouverture du duel Canada-Allemagne, les portes s’ouvrirent même deux minutes plus tôt. A Helsinki (pas seulement sur le hockey) tout fonctionne vraiment globalement. Vous attendriez en vain des conseils sur les toilettes (y compris celles des femmes), également dans les buffets ou les fan shops. De plus, les buffets d’Helsinki Ice Hall sont réalisés sous forme de street food, tout est très intelligemment conçu et le choix se fait comme si vous étiez quelque part aux marchés de Noël ou à la foire. Vous pouvez acheter quelque chose de différent dans chaque stand, et même les plus exigeants trouveront quelque chose à leur goût. Les Finlandais en ont une très bonne idée.

Les contrôles à l’entrée sont minutieux, mais rapides, les tourniquets ne sont pas dans l’arène, les billets vous seront remis par une personne désignée, qui est bien entendu bien outillée en termes de langue. Dans l’ensemble, si quelque chose n’est pas clair pour vous et que vous connaissez l’anglais, vous n’avez absolument aucun problème. Et si vous êtes déjà dans le pétrin, un de vos compatriotes vous aidera. En effet, les supporters slovaques méritent la décharge pour le nombre qu’il y a en Finlande. Les vrais chiffres sont les spectateurs à quatre chiffres. Une fois gratuitement, quand il s’agit de hockey, les Slovaques n’hésitent pas trop, n’est-ce pas ?

La salle, qui a une capacité d’environ 8 000 places, est l’arène du HIFK d’Helsinki. Sentez-vous qu’il s’agit d’un stand historique, mais il a subi plusieurs reconstructions. Certains ont peut-être été surpris par le faible nombre de duels d’introduction, mais il convient de noter que le fait que les Finlandais locaux jouent à Tampere, où plus de 11 000 personnes sont venues à eux pour le premier match contre la Norvège, joue également un rôle. C’est plus que les deux mesures de force à Helsinki vendredi.

Le championnat se poursuit, aujourd’hui à 20h20, heure locale, la Slovaquie défiera les joueurs de hockey de l’Allemagne dans l’un des matchs clés, qui concerne le passage aux quarts de finale. Nous cartographierons en détail tout le hockey et le non-hockey durant le samedi et nous essaierons de vous le rapprocher le plus possible de manière authentique.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.