Selon le maire de Moscou, la marque Moskvich reviendra

Renault a vendu une participation majoritaire dans Avtovaz NAMI et une participation de 100% dans Renault Russie à Moscou.

La Russie a nationalisé une grande usine qui appartenait à Renault et entend l’utiliser pour faire revivre la célèbre voiture Moskvich de l’ère soviétique. Le constructeur automobile français parle d’un « choix responsable » pour des milliers de ses salariés en Russie.

Cette décision semble être le premier transfert majeur de propriété privée aux mains de l’État après que des responsables russes ont menacé de nationaliser des entreprises occidentales après l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

« J’ai décidé d’enregistrer l’usine dans la ville et de reprendre la production de la marque historique Moskvich »,

– a annoncé le maire de Moscou, Sergueï Sobianine.

« Nous ouvrirons un nouveau chapitre de l’histoire de Moskvich en 2022 », a-t-il ajouté, s’engageant à conserver « la plupart » des salariés et sous-traitants de Renault.

Marque soviétique emblématique, les voitures Moskvich sont omniprésentes dans les rues de l’Union soviétique depuis des décennies. L’entreprise de fabrication a été déclarée en faillite en 2006, 75 ans après le lancement de son premier modèle et cinq ans après la production du dernier véhicule.

Dans un communiqué publié par Reuters, Renault a qualifié la vente de sa participation majoritaire dans Avtoza à NAMI et de 100% des actions de Renault Russie dans la ville de Moscou de « choix responsable ».

« Aujourd’hui, nous avons pris une décision difficile mais nécessaire et nous prenons une décision responsable envers nos 45 000 employés en Russie »,

– a déclaré le directeur général Luca de Meo.

Renault a commencé à fabriquer des voitures en Russie dans le cadre d’une joint-venture avec la ville de Moscou en 2005. Il a suspendu les opérations de son usine de Moscou en mars 2022 en raison de l’invasion russe de l’Ukraine.

Léopold Moulin

"Analyste de longue date. Passionné de cuisine subtilement charmant. Introverti. Accro aux médias sociaux. Lecteur. Pionnier général de la télévision. Étudiant. Future idole des adolescents."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.