Si Bob Maxwell n’existait pas, il se serait certainement inventé

Au sommet de sa gloire et de son pouvoir, c’était un homme solitaire qui aimait rencontrer tout le monde mais ne connaissait vraiment personne. Probablement dès son plus jeune âge, il a été défini par la profonde insécurité d’un étranger qui sentait que les autres l’excluaient de leur monde, et a donc décidé de construire son propre monde, avec ses propres règles. Avec une forte probabilité, il a même inventé une partie importante des chapitres de sa vie, ou du moins les a embellis, bien qu’on ne puisse pas dire que sa biographie ne soit pas riche de nombreuses frasques incroyables.

Il est né le 10 juin 1923 dans une petite ville de la Russie subcarpathique dans une famille juive pauvre. La ville s’appelait Solotvyno et faisait partie de la Tchécoslovaquie à l’époque. On lui a donné le nom de Jan Hoch, bien que sa sœur aînée ait affirmé que son prénom était en fait Ludvík. Cependant, lui-même doutait de ce fait. Il a quitté sa famille à l’âge de 16 ans et a changé de nom quatre fois à l’âge de 23 ans. Il est finalement devenu connu dans le monde entier sous le nom de Robert Maxwell.

Il a également fui sa ville natale à cause de la montée du nazisme. Il a réussi à disparaître dans le brouillard de la guerre et le début de la Seconde Guerre mondiale lui a fourni de nombreuses occasions de recréer sa propre histoire. Lorsqu’il réapparut dix-huit mois plus tard, sa religion, son âge, sa nationalité et son nom avaient changé. Il était soldat dans la Légion étrangère française et plus tard dans l’armée britannique.

Au cours de ses voyages à travers l’Europe, il a appris les langues avec une rapidité incroyable. Après tout, il parlait couramment le français, l’anglais, l’allemand, le hongrois, le tchèque, le roumain et aussi son yiddish natal. À la fin de la guerre, pour être sûr, il maîtrisait également le russe, ce qui après la guerre lui a ouvert la voie vers la zone d’occupation soviétique en Allemagne et plus tard vers une porte importante en URSS.

Le penchant de Maxwell pour les changements d’identité, sa nature voyou et son courage indéniable en ont fait une acquisition précieuse pour les services d’espionnage. Sa nouvelle et définitive patrie est devenue la Grande-Bretagne, qu’il a servie en tant que membre du service de renseignement pendant un certain temps même après la guerre. Cependant, il sera hanté par des rumeurs selon lesquelles il était un espion non seulement pour les Britanniques, mais aussi pour les Russes et les Israéliens, ou peut-être un agent des trois.

Il est certain que ses activités d’espionnage-renseignement lui ont également rapporté ses premiers bénéfices commerciaux. Du trading spéculatif, il s’est progressivement frayé un chemin dans les activités d’édition et de médias pour construire progressivement un empire médiatique avec des actifs et des passifs dans le monde entier. Il achète parfois en boudant la presse écrite pour façonner l’opinion publique, mais sa plus grande priorité devient un désir : vaincre Rupert Murdoch.

Cet objectif est peut-être devenu sa plus grande obsession dans la vie, et aucun obstacle dans la vie, les échecs commerciaux et même les tragédies familiales ne l’ont empêché de le faire. En 1955, on lui diagnostique un cancer du poumon. Selon les médecins, il ne lui restait plus que quatre semaines à vivre. A cette époque, il était déjà père de six enfants, espérant qu’un jour il en aurait autant que ses parents, soit neuf. Il voulait créer une nouvelle famille pour remplacer celle qu’il avait perdue pendant l’Holocauste. Pourtant, au moment de se confronter à une maladie insidieuse, il semblait que toutes ses ambitions allaient être contrecarrées.

Cependant, il a vaincu le cancer et lui et sa femme Elisabeth ont eu 9 enfants exactement comme il l’avait prévu. Cependant, Maxwell n’a pas encore épuisé toutes les blessures du destin adverse. Une de ses filles est décédée d’une leucémie à l’âge de trois ans, tandis que son fils aîné, alors âgé de 15 ans, a été grièvement blessé dans un accident de voiture en 1961. Il n’a jamais repris connaissance après l’accident et est décédé sept ans plus tard.

Cependant, cela n’a pas brisé Maxwell, du moins pas extérieurement. Comme Jay Gatsby, le personnage principal du roman The Great Gatsby de Francis Scott Fitzgerald, qui s’est développé à partir de zéro, Maxwell avait la manie de faire des listes de choses et d’objectifs importants. Ils, selon lui, donnent une structure et un sens à la vie. Il n’est donc pas surprenant qu’il soit entré en politique à l’âge de 41 ans. Invoquant son milieu pauvre, il s’est rangé du côté de la gauche britannique et s’est présenté aux électeurs comme « un homme qui fera avancer les choses ».

Bien sûr, ce slogan électoral n’a jamais correspondu à la réalité, car il n’a presque jamais mené à bien quoi que ce soit. Il a constamment ouvert de nouveaux sujets, changé à plusieurs reprises l’agenda politique et après seulement quatre semaines au Parlement britannique, il a reçu l’étiquette – « le membre le plus ennuyeux du Parlement ». Cependant, il s’est finalement frayé un chemin vers son plus grand objectif. En rachetant le journal britannique Mirror, il pouvait enfin rivaliser sur un pied d’égalité avec son plus grand rival. Lui et Rupert Murdoch pourraient enfin organiser une bataille pour devenir le magnat de la presse le plus puissant du pays.

Mais Maxwell avait soudainement une autre ambition, encore plus grande : il voulait être le plus grand magnat des médias que le monde ait jamais connu. Cette obsession a fait de lui un monstre encore plus grand. Si les choses n’allaient pas dans son sens, il était sujet à la rage. En vieillissant, il semblait devenir de plus en plus enfantin et déraisonnable. Il se lança dans d’autres plans d’affaires et mit en jeu le capital de ses propres entreprises. Plus il prenait d’une partie de son empire pour en soutenir une autre, plus il sciait la branche sous ses propres pieds. Enfin vint la chute définitive.

Au plus fort de sa vie, il était incroyablement théâtral et accro au drame, dans lequel bien sûr il jouait toujours le rôle principal. Sa mort a également été théâtrale et dramatique, ce qui a longtemps suscité diverses spéculations. C’est aussi pourquoi la biographie de Robert Maxwell est une histoire incroyablement intéressante. Il est comme un mélange des destins littéraires de Gatsby le Magnifique, de Forrest Gump et du Centenaire qui est sorti par la fenêtre et a disparu, à la différence près que Robert Maxwell était incroyablement réel.

John Preston: The Fall (The Mystery of Robert Maxwell), N Press 2022, Traduction: Jana Kutášová Trajtelová

Gaspard Pettigrew

"Lecteur. Fanatique de la cuisine professionnelle. Écrivain. Gourou d'Internet. Amateur de bière d'une humilité exaspérante. Fan de café sans vergogne."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.